Dix ans après le lancement du premier iPhone, Apple n'en finit pas d'impressionner. La valeur boursière du groupe dépasse désormais les 800 milliards de dollars après une hausse de 33% du titre depuis le début de l'année. Apple conforte ainsi sa place de première capitalisation mondiale devant Alphabet-Google (652 milliards de dollars), Microsoft (534 milliards) et Amazon (452 milliards). A titre de comparaison, la plus grosse capitalisation du CAC 40, LVMH, se monte à 118 milliards d'euros. A lui seul Apple pèse autant que la moitié de l'indice parisien…

Apple continue à séduire les investisseurs malgré un ralentissement de sa croissance. Les ventes d'iPhone ont certes légèrement baissé au deuxième trimestre de son exercice décalé mais le groupe continue à afficher des revenus en hausse (+4%) grâce au renchérissement de ses produits. Il est d'ailleurs l'une des entreprises les plus profitables au monde, avec 11 milliards de bénéfices sur le seul trimestre écoulé (+5%). Sa trésorerie nette s'élevait à fin décembre à 256 milliards de dollars, un montant qui alimente les spéculations sur d'éventuelles acquisitions permettant au groupe de se diversifier et de trouver de nouveaux relais de croissance. Dans une note publiée la semaine dernière, Citigroup citait Disney, Netflix ou encore le constructeur automobile Tesla comme cibles potentielles.

Pour l'heure le groupe, fidèle à sa réputation de bonne gestion, préfère compter sur ses propres forces. Il lancera vraisemblablement à l'automne un nouvel iPhone, le 8e du nom, très attendu par les analystes. Selon Goldman Sachs l'appareil devrait inclure une technologie de réalité augmentée qui lui permettra de se différencier de ses prédécesseurs et de redynamiser les ventes. Apple peut également compter sur la traction de ses services comme iTunes, l’App Store, Apple Music, iCloud ou Apple Pay, dont le nombre d'utilisateurs ne cesse d'augmenter. Et le groupe dispose encore d''importantes réserves d'utilisateurs sur des marchés tels que la Chine ou l'Inde.

Dans ces conditions, les investisseurs ont-ils raison de mise sur l'action Apple après la hausse vertigineuse des derniers mois ? En février le milliardaire Warren Buffett annonçait avoir doublé sa participation dans le groupe moyennant un investissement de 18 milliards de dollars. Il a réaffirmé cette semaine sur CNBC sa confiance dans le groupe de Tim Cook « Malgré des ventes moins importantes sur le dernier trimestre, la fidélité des consommateurs à l'iPhone est "énorme" », a-t-il déclaré. Même optimisme du côté de Brian White, analyste financier au cabinet Drexel Hamilton, pour qui «Apple fait partie des actions les plus sous-valorisées dans le monde». Le broker affiche un objectif de cours de 202 dollars sur le titre, contre 154 aujourd'hui, ce qui porterait la capitalisation à plus de 1000 milliards. Le consensus des analystes est nettement plus mesuré avec un objectif de cours moyen de 160 dollars et une recommandation d'achat.