L'attaque informatique qui sévit depuis vendredi au niveau mondial profite aux valeurs liées à la cybersécurité, notamment au français Wallix qui bénéficie ce matin d'un coup de projecteur du cabinet MidCap Partners. Le groupe, spécialisé dans la protection et la gestion des comptes à privilèges, "occupe une position clef pour répondre à l'urgence numérique" qui ressort de cette attaque, selon le broker. MidCap Partners a d'ailleurs relevé son objectif de cours de 13 à 15,5 euros.

A la mi-journée le titre Wallix bondit de 17% sur un marché parisien en baisse de 0,2%. En 2016 le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 7,36 millions d'euros, en hausse de 39%, mais une perte nette de 1,7 million due notamment à d'importants investissements en marketing en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Il prévoit une nouvelle année de forte croissance en 2017. En bourse le titre a réalisé un beau parcours depuis son introduction il y a deux ans sur Alternext (+25%) avec une nette accélération depuis le 1er janvier (+62%).

Une cyber-attaque sans précédent


Des centaines de milliers d'ordinateurs, surtout en Europe, ont été infectés depuis vendredi par un logiciel de rançon, un "rançongiciel" exploitant une faille dans les systèmes Windows. Ce logiciel malveillant verrouille les fichiers des utilisateurs et les force à payer 300 dollars (275 euros) pour en recouvrer l'usage. Même si peu d'entreprises semblent avoir payé à ce stade, les responsables d'Europol ainsi que les agences nationales de sécurité informatique sont sur le qui-vive. L'attaque a touché de nombreuses administrations ainsi que de grands groupes, notamment Renault dont plusieurs sites ont dû s'arrêter ce week-end avant de rouvrir lundi.