Espace High Tech - News, articles, interviews et dossiers

SoLoMo, panels online: les nouveaux débouchés de Maximiles

SoLoMo, panels online: les nouveaux débouchés de Maximiles

(Easybourse.com) Le leader français de la fidélisation Maximiles vient d'annoncer l'acquisition de Badtech SAS, société éditrice de l'application mobile Dismoioù en France et Tellmewhere à l'international. Une nouvelle étape dans la stratégie du groupe de Marc Bidou qui entend bien pénétrer de nouveaux segments de marché alors que le secteur du marketing direct semble de plus en plus sinistré...

Comme le relève Ning Godement, analyste chez Gilbert Dupont, "le marché de la publicité en ligne est assez difficile à analyser". Ce secteur est en effet très éclaté, avec des sociétés difficilement comparables au regard de leurs activités variées. Ainsi, en est-il par exemple de Rentabiliweb, Come & Stay et 1000mercis qui, bien que se trouvant dans le même secteur que Maximiles, ne sont pas tout à fait analogues en termes de pôles d'activité.

Or avec ses récentes annonces de rachats, Maximiles ne facilite pas davantage les choses. Historiquement, la société de Marc Bidou est en effet pionnière dans la publicité en ligne et la fidélisation/CRM [environ 40% du chiffre d'affaires, ndlr]. Mais avec l'acquisition de l'allemand Panelbiz GMBH en 2010, le groupe est parvenu à ouvrir un nouveau segment de marché prometteur, celui des panels online.

Le marché de la publicité en ligne est assez difficile à analyser

Pour le PDG, cela ne fait d'ailleurs aucun doute, "l'activité d'enquête s'inscrit sur le long terme et devrait encore tripler dans les années à venir puisqu'il n'y a que 25% des terrains d'études qui sont faits sur Internet aujourd'hui en Europe, alors qu'ils sont 75% dans les pays les plus développés."

Mais le groupe n'en reste pas là et vient de franchir une nouvelle étape dans son développement avec l'acquisition de Badtech, société éditrice de l'application mobile Dismoioù en France, et renommée Tellmewhere à l’international [Royaume-Uni, Italie, Espagne et Etats-Unis].

Vous avez dit SoLoMo ?

Il s'agit d'une application permettant aux mobinautes "d'échanger leurs bonnes adresses dans leurs villes, de déposer des avis et des notations de lieux, et de bénéficier de bons plans. Grâce à une technologie de géo-localisation, les utilisateurs reçoivent des suggestions de tout type de commerçants à proximité de l'endroit où ils se trouvent", précise Maximiles.

Selon Marc Bidou, cette opération devrait permettre à son groupe "de pénétrer tout le marché du local et du mobile". Un axe développement jugé stratégique dans la mesure où, rappelle le PDG de Maximiles, "le mobile devient un terminal essentiel en termes de temps d'usage, et est complètement intégré dans les stratégies marketing des annonceurs". D'autant que d'ici 3 ans, "notre métier du CRM/fidélisation passera par le mobile" ajoute-t-il.

Fort de plus d'un million de téléchargements de son application sociale de géo-localisation mobile Dismoioù, Badtech cherchait donc un partenaire afin de développer son offre commerciale et monétiser son audience. Pour Maximiles, il s'agissait surtout d'amorcer le virage du marketing mobile avant qu'il ne soit trop tard.

Stratégie d'avenir

L'analyste de Gilbert Dupont estime pour sa part que la pari est tenu: ce rachat est "cohérent, dans la mesure où (...) cette société évolue avec son marché ; d'autre part, Maximiles possède une trésorerie nette solide (...) qui lui donne les moyens de faire de la croissance externe, soit pour accélérer son développement dans les moteurs de croissance déjà identifiés au sein du secteur, soit pour s'implanter dans de nouveau secteurs", comme le marché du SoLoMo [réseaux sociaux, local, et mobile].

Dans le détail, le groupe a indiqué qu'il n'y aurait pas de revenus perçus avant 2012-2013 et la mise en place des modes de commercialisation. Maximiles devrait par ailleurs dépenser entre 500 000 et un million d'euros pour assurer le développement de Badtech, et a déjà prévenu le marché que ses marges seraient sensiblement affectées, temporairement.
Nicolas Sandanassamy

Publié le 10 Novembre 2011