Espace High Tech - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Patrice Thiry : PDG de ProwebCE

Patrice Thiry

PDG de ProwebCE

La croissance va principalement venir de notre activité e-commerce

Publié le 27 Octobre 2010

Votre groupe a présenté ses résultats pour le 1er semestre 2010, faisant notamment état d'un chiffre d'affaires en croissance organique de 24%, à 17,7 millions d'euros. Quels ont été les leviers de cette croissance ?
L'année 2010 constitue le premier plein exercice consécutif à l'intégration des deux acquisitions réalisées en 2009, Meyclub et Initiative CE, qui nous ont permis d'entrer de plein pied dans le marché de l'e-commerce subventionnable à destination des Comités d'Entreprise.
Après une année 2009 consacrée à la préparation et au développement de notre offre e-commerce et à sa totale intégration à nos solutions logicielles de gestion, de comptabilité et de communication pour les CE, nous avons ainsi commencé à recueillir au premier semestre 2010 les fruits des premières synergies commerciales de cette nouvelle offre. Celle-ci permet aux comités d'entreprise d'externaliser la gestion des activités sociales et culturelles, c'est-à-dire principalement la billetterie, le voyage et tout ce qui est réduction sur les biens de la maison, les coffrets cadeaux, etc.
Concrètement, plusieurs centaines de milliers de produits sont référencés sur le portail web Meyclub.com. Dès lors, en intégrant le portail Meyclub.com sur le logiciel de gestion des CE de Prowebce, les salariés peuvent désormais consommer directement leurs subventions en achetant ces produits sur le portail web, si bien que le comité d'entreprise n'a plus à s'occuper de l'achat, du stockage ou de la revente des produits.

Quels sont vos objectifs de rentabilité ?
En 2008, lorsque nous réalisions encore quasiment la totalité de notre chiffre d'affaires à partir de notre activité logicielle, nous avions réalisé un résultat courant avant impôt d'1,77 million d'euros, soit une marge courante de près de 19%. En 2009, notre rentabilité a baissé en raison de l'intégration des deux sociétés Meyclub et Initiative CE et des lourds investissements consécutifs pour la construction de la nouvelle plateforme d'e-commerce opérationnelle depuis janvier 2010. Nous devrions retrouver cette année une croissance importante, tant de notre chiffre d'affaires que de notre rentabilité, avec une augmentation attendue et purement organique de notre chiffre d'affaires de plus de 25% et une progression supérieure de notre rentabilité. L'exercice 2011 devrait marqué une véritable accélération tant du chiffre d'affaires que de la rentabilité compte tenu des investissements poursuivis et des développements commerciaux menés en 2010, tel le chèque cadeau électronique totalement dédié aux CE, les e-Chèques Meyclub, ou encore l'ouverture du site Meyclub.com vers les entreprises de moins de 50 salariés ne disposant pas de CE.

Vous ne prévoyez donc pas de faire encore de la croissance externe ?
Nous avons réalisé au cours du 1er semestre l'acquisition d'une petite société, FC Diffusion, basée à Tours afin de compléter notre maillage géographique en matière d'offre d'activités sociales et culturelles régionales. A ce stade, nous pensons aujourd'hui reprendre véritablement notre stratégie de croissance externe plutôt en 2011.

Quelle sera votre stratégie au-delà de 2011 ?
Notre stratégie consiste à offrir une solution complète et clés en main aux Comités d'Entreprise (CE) et à leurs salariés, donc à la fois une offre B to B et une offre B to C. Le marché des CE représente globalement en France près de 15 milliards d'euros répartis entre leur budget de fonctionnement et les activités sociales et culturelles tel la billetterie, le voyage, les bons d'achats et les coffrets cadeaux, etc.
Etant donné que nous avons installé nos logiciels dans plus de 5 000 CE, qui représentent environ 4 millions de salariés, notre objectif est désormais de faire en sorte que les CE externalisent la gestion de leurs activités sociales et culturelles sur le portail Meyclub.com afin que nous devenions assez vite un acteur majeur en France de l'e-commerce subventionnable.
En résumé, je dirai que l'essentiel de notre croissance va donc principalement venir in fine de notre activité e-commerce au cours des prochaines années, même si notre activité logicielle a encore de beaux jours devant elle avec encore 85% des CE à équiper.

NS