Espace High Tech - News, articles, interviews et dossiers

Interview de André-Jacques Auberton-Hervé : PDG de Soitec

André-Jacques Auberton-Hervé

PDG de Soitec

Soitec n’a pas vocation à participer au mouvement de consolidation qui concerne ses clients

Publié le 17 Octobre 2006

Un commentaire sur l’évolution de votre chiffre d’affaires au second trimestre ?
Nous venons de publier un chiffre d’affaires de 89,7 millions d’euros au deuxième trimestre. Sur l’ensemble du premier semestre, la croissance ressort à 53%, en ligne avec notre prévision de croissance sur l’ensemble de l’exercice.

Vous confirmez l’objectif d’une progression de l’ordre de 50% de vos revenus sur l’exercice 2006-2007. Quels seront les moteurs de cette croissance ?
Notre forte croissance renvoie aux succès de nos principaux clients qui tirent pleinement les bénéfices des avantages en termes de performance et de réduction de la consommation, associées aux matériaux avancés que nous produisons.

Votre titre a joué aux montagnes russes, perdant 14% le 6/10 suite à des propos assimilés comme un avertissement avant d’en regagner 9% le 9/10 dans la foulée du démenti apporté par la direction sur la perte d’un client américain et la confirmation des objectifs annuels. Que vous inspirent ces mouvements ?
Nous ne commentons pas l’évolution de notre cours de bourse, mais nous sommes certains des perspectives et de l’attractivité en terme d’innovation de nos produits qui restent inchangées. Je suis par contre affligé de l’irresponsabilité de certains dans la propagation de rumeurs de perte de client, totalement infondées.

A combien évaluez-vous la sensibilité des résultats de votre société aux variations de la parité Euro/Dollar ?
Dans l’attente de notre nouvelle usine à Singapour, notre sensibilité aux variations du dollar est inhérente à notre activité dans la mesure où plus de 80% de ventes sont libellées en dollars, contre seulement 50% de nos coûts.

Allez-vous recourir à des instruments de couverture pour réduire l’impact potentiel des variations monétaires ?
Nous avons déjà recours à des instruments de couverture pour couvrir notre risque de change dans une démarche non spéculative.

Soitec va renforcer sensiblement ses positions en Asie via la construction d’une unité de production à Singapour. Quel est l’objectif et le montant de cet investissement?
L’objectif de cet investissement stratégique est de disposer à l’horizon 2008 d’un supplément de capacité industrielle pour faire face à la croissance anticipée de l’ordre de 45% en moyenne de nos marchés sur les prochaines années. Au total, cet investissement sera de l’ordre de 350 millions d’euros pour parvenir à pleine capacité.

Avez-vous des projets de développement similaires sur un autre continent ?
A l’heure actuelle, nous n’avons pas d’autre projet similaire.

L’industrie des semi-conducteurs a été gagnée par les fusions-acquisitions avec le rachat successif de Philips Semiconductor et Freescale. Soitec a-t-elle vocation à y participer ?
Cette consolidation concerne nos clients, Soitec reste un fournisseur de matériaux qui n’a pas vocation à y participer.

Votre position de leader et la dispersion de votre capital pourraient susciter des vocations. Votre société est-elle opéable et comment réagiriez-vous dans l’hypothèse d’une offre d’achat?
S’il est vrai que le capital de Soitec est très ouvert, il me semble juste opportun de souligner le caractère stratégique de nos produits et de notre technologie pour nos principaux clients et partenaires.

En qualité de principal actionnaire de la société, estimez-vous que la valorisation actuelle de Soitec reflète correctement les perspectives à court-moyen terme de l’entreprise ?
Nous ne commentons pas notre cours de bourse mais sachez que mon engagement en tant que fondateur et principal actionnaire du groupe est entièrement dédié à la réussite de notre stratégie à court et moyen terme.

Quelle sera votre politique en matière de dividende cette année ?
Notre stratégie reste centrée sur un modèle industriel de forte croissance qui réclame des investissements importants. Notre politique est donc inchangée, nous réinvestirons nos résultats dans de nouvelles capacités de production.

Propos recueillis par M.L.H.

laetitia

OK, tout accepter
Fermer