Espace High Tech - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Olivier Brice : Responsable des Relations Investisseurs de Soitec

Olivier Brice

Responsable des Relations Investisseurs de Soitec

L'Asie restera l’un de nos principaux facteurs de croissance

Publié le 08 Décembre 2006

Quelle est votre perception de la consolidation du marché des semi-conducteurs à l’heure actuelle ?
L'avenir du marché des semi-conducteurs restera centré sur l'innovation au service du grand public. Cette industrie nécessite que ses principaux acteurs fassent des investissements importants. C'est à ce titre que la consolidation de ce marché est positive, car elle positionne de futurs nouveaux leaders.

Ce mouvement de consolidation semble être une étape nécessaire pour que les fabricants rétablissent des marges confortables. Qu’en pensez-vous ?
La consolidation me semble plus particulièrement être utile à la poursuite des efforts d'innovation et au financement des investissements requis.

Quel rôle joue Soitec dans ce mouvement de consolidation ?
En tant que fournisseur de matériaux avancés, Soitec n'est pas amené à participer à cette consolidation. Par contre, la diffusion de nos produits pourrait être facilitée par ce mouvement.

La résistance face à la concurrence internationale suppose une innovation continue. De quelle manière faites-vous face à la hausse des prix des matériaux et aux coûts de R&D ?
Nous bénéficions d'accords à moyen terme avec nos fournisseurs de silicium qui nous permettent d'anticiper ces évolutions. Il faut aussi rappeler que les licenciés de notre technologie figurent parmi eux. Quant à notre effort de R&D, je vous rappelle que nos programmes bénéficient du soutien des pouvoirs publics. Notre effort net en R&D est de l'ordre de 7 à 8% de nos ventes et demeure à ce titre en ligne avec notre modèle de développement.

Quels sont actuellement les produits phares de Soitec ?
Notre Silicum sur Isolant (SOI) est aujourd'hui présent dans de nombreuses applications, ordinateurs, automobiles, consoles de jeux, montres… Nous travaillons à l'industrialisation de nouveaux matériaux avancés qui devraient nous permettre d'adresser de nouveaux marchés de fort volume.

Comment réagissez-vous face aux différents rapprochements qui s'opèrent en Asie, notamment entre Hitachi, Toshiba, Renesas qui envisagent la production de puces nouvelle génération pour 2007 ?
L'Asie qui représente près du quart de nos ventes restera l’un de nos principaux facteurs de croissance, notamment auprès des fonderies asiatiques mais aussi auprès des autres acteurs des semi-conducteurs. Hitachi, Toshiba et Renesas sont d'ailleurs des utilisateurs du SOI.

Pensez-vous que face à cette concurrence croissante, l’industrie des semi-conducteurs en Europe est menacée?
Le marché des semi-conducteurs est mondial et la concurrence est saine. L'essentiel en Europe est de prendre toutes les dispositions nécessaires pour faciliter et encourager la recherche en liaison étroite avec les besoins de l'industrie.

Que pensez-vous des recommandations émises par le rapport sur la compétitivité établi par l’Association européenne de l’industrie des semi-conducteurs en 2005 ?
De nombreuses pistes ont été abordées, les Européens doivent désormais agir rapidement.

Propos recueillis par I.H.

laetitia

OK, tout accepter
Fermer