Sur les dix actions qui ont connu la plus importante progression, cinq sont des titres émis par sociétés immobilières. Parmi celles-ci figurent les valeurs des entreprises Tokyo Tatemono et Tokyo Dome qui ont grimpé de plus de 200%.

Le sous-indice Topix Real Estate a quant à lui bondi de 98%. Il est ainsi revenu sur le plan de la valorisation à son niveau élevé de 2007. Le Topix Real Estate traite actuellement à un ratio cours sur bénéfice de 42 fois contre 24 fois pour le Topix.

Les éléments explicatifs de ce mouvement ne sont pas à rechercher bien loin. Elles sont liées à la politique budgétaire prévoyant plusieurs plans de constructions et la politique monétaire expansive de la Banque centrale. L’injection massive de liquidité a pour effet d’affaiblir les taux d’intérêt et de faciliter les conditions d’octroi de crédit. Les ménages japonais sont plus enclins à se porter propriétaires.

L’institution monétaire s’est par ailleurs engagée à racheter sur le marché plusieurs types d’actifs, à hauteur de 1700 milliards de yens au cours des deux années à venir, dont des actifs de fonds d’investissement dans l’immobilier.

Pour beaucoup d’observateurs, la bulle du marché de l’immobilier n’en serait qu’à ses débuts. Nul ne sait quand elle pourrait s’arrêter.