Assez de bureaux vides. Selon la ministre du logement, il « existe aujourd'hui en Île-de-France environ 3,5 millions de mètres carrés et, probablement, sur le territoire français 5 millions de m2 de bureaux vacants dont une grande partie d'entre eux ne pourront pas être remis en location». Compte tenu de l’insuffisance de logements à la location, notamment à Paris, Cécile Duflot veut permettre la transformation d’ « une bonne partie » de ces surfaces en habitations. «Il y a des dispositions juridiques qui empêchent de pouvoir délivrer des permis de construire. Donc, nous allons lever, très vite, grâce aux ordonnances, ces dispositions qui empêchent de construire», a-t-elle indiqué ce matin sur BFM TV.

D’après une étude de l’Observatoire régional de l’immobilier d’entreprise d’Ile-de-France (ORIE), environ 700 000 mètres carrés de bureaux ont été convertis en habitation à Paris au cours des vingt dernières années, soit environ 300 à 400 logements, alors qu’il se construit chaque année environ 40 000 logements neufs en Ile de France.

Les professionnels de l’immobilier soulignent les nombreuses contraintes techniques liés à la transformation et leur coût élevé. « Lorsque des institutionnels transforment des bureaux en logements, ils le font généralement pour préserver des droits à construire ou encore pouvoir par un jeu de compensation transformer à Paris, des immeubles de logements en bureaux. Entre 2001 et 2010, ils sont à l’origine de (seulement) 6 % des opérations de transformation de bureaux en logements », relève l’ORIE.
En outre, près de la moitié des surfaces qui ont reçu une autorisation de reconversion ont été transformées en hôtels de tourisme, commerces, résidences services et étudiantes, ajoute l’observatoire.

Il ressort de cette étude que la transformation des bureaux en logements n’est pas la solution à la crise du logement, mais qu’un assouplissement des normes en la matière peut être une bonne idée.

Cécile Duflot a annoncé d'autres mesures afin de "densifier" les centres-villes.  Les règles imposant de construire des places de stationnement pour chaque nouvel immeuble vont être assouplies. Par ailleurs il  devrait possible d'ajouter des étages à des bâtiments bas situés entre des immeubles de plus grande hauteur.