Espace Immobilier - News, articles, interviews et dossiers

Scandale des saisies immobilières aux Etats-Unis : un coup dur pour les banques

Scandale des saisies immobilières aux Etats-Unis : un coup dur pour les banques

(Easybourse.com) Les répercussions de ce scandale se limitent à un simple « coup dur » plutôt qu'un « coup de grâce » pour les banques.

Ce scandale aura pour conséquence un ralentissement du rythme des saisies. Ce ralentissement génère un coût d’opportunité pour les établissements qui ne peuvent pas immédiatement récupérer les biens immobiliers pour lesquels les ménages ne remboursent plus leurs crédits hypothécaires. Par ailleurs, cette paralysie des procédures d’expulsion tend à attribuer aux ménages un logement temporairement gratuit. Selon les estimations de LPS Applied Analytics et du WSJ, les ménages en défaut qui attendent toujours la saisie de leur logement bénéficient d’une forme inattendue de soutien financier.
Une enveloppe totale d'environ 2,6Md$ par mois leur est attribuée.

Le processus de reconstitution de la chaîne de propriété depuis l’origination jusqu’à la titrisation, pour attester de leur droit et légitimer leurs saisies, devrait par ailleurs coûter cher aux établissements bancaires. D’autant que dans de nombreux cas, les titres originaux ont été tout simplement perdus ou détruits.

Des investisseurs comme Pimco pourraient bien vouloir regarder l'affaire de plus près

Des investisseurs comme Pimco, qui ont acheté des obligations CDO mais qui ont perdu gros avec l’écroulement de ce marché pourraient bien vouloir regarder l'affaire de plus près. Ces investisseurs pourraient contester le fait que les produits qui leur avaient été vendus étaient en fait mal décrits dans les notices légales à valeur contractuelle.
JPMorgan estime le coût des réclamations de ces investisseurs entre 55 à 120 milliards de dollars. De même, Barclays Capital formule une estimation de base à 75 milliards de dollars. Les chiffres sont à répartir sur plusieurs années. Les banques auront donc a priori le temps de voir venir.

Pas de scénario d’armageddon financier en perspective

Un scénario d’armageddon financier, comme on a pu l'entendre ci et là, n’est pas à envisager.

Le nombre de saisies annulées semble vraisemblablement faible. De nombreux

Nous doutons fortement que cet épisode puisse se solder par la possibilité, pour un grand nombre d'emprunteurs, de devenir gratuitement propriétaire de leur maison

ménages sont, indépendamment des vices de procédure, dans l’incapacité d’honorer le remboursement des prêts qu’elles ont souscrit pour financier leur bien. Selon les estimations de LPS Applied Analytics, les ménages sous procédure de saisie ont stoppé tout paiement depuis 16 mois en moyenne. «Nous doutons fortement que cet épisode puisse se solder par la possibilité, pour un grand nombre d'emprunteurs, de devenir gratuitement propriétaire de leur maison» constate Chris Ames, gérant senior au sein de Schroders.
De nombreuses maisons ont été détruites à défaut d’être entretenues. Par ailleurs, des ménages ont refait leur vie.

Et quand bien même certaines actions en justice trouveraient une issue favorable, les banques impliquées sont majoritairement de grandes banques «qui ont renoué avec la rentabilité, présentent des marges nettes en forte augmentation et de ce fait un moindre risque pour l’économie américaine» note M Hezez. Ainsi JP Morgan a annoncé une augmentation de ses profits de 48% par rapport à 2009 et de 47% lors du quatrième trimestre de 2010 par rapport à la même période l’année précédente. Pour l’année, JPMorgan a fait des bénéfices totalisant 17,4 milliards de dollars.

Lire la suite...


Imen Hazgui

Publié le 04 Février 2011