Alcatel-Lucent n’y croyait plus. Le groupe, pénalisé par la baisse des investissements des opérateurs télécoms et dont le titre n'a cessé de chuter depuis le début de l'année, voit s’ouvrir de nouvelles perspectives aux Etats-Unis.

Le groupe de télécoms américain AT&T a annoncé hier soir qu'il allait porter à 22 milliards de dollars par an ses dépenses d'investissement au cours des trois prochaines années afin de moderniser ses réseaux de téléphonie fixe et mobile, soit un investissement supplémentaire de 14 milliards de dollars.

Principal équipementier d'AT&T, Alcatel-Lucent devrait profiter de cet effort. « Une telle augmentation des dépenses en capital par l'un des plus gros clients d'Alcatel pourrait se révéler être le stimulant tant attendu pour le groupe », explique un trader parisien à l’agence Reuters.  D’après les analystes de Raymond James, Alcatel-Lucent a obtenu en 2011 environ 11% du budget total de l'opérateur et ce chiffre pourrait passer à 12% en 2012. « Les services haut débit pour les particuliers d'AT&T dépendent lourdement d'Alcatel-Lucent », rappelle le bureau d'études dans une récente note.

L’équipementier français générerait 40% de son chiffre d’affaires en Amérique du Nord.

Le titre a commencé à grimper fortement jeudi en milieu d’après-midi provoquant la suspension de sa cotation. Celle-ci a repris vers 17h débouchant sur une hausse de 11,6% en clôture.