Leader mondial des batteries au nickel et au lithium primaire pour l'industrie, le transport et l'électronique civile ou militaire, Saft a plutôt bien résisté en 2012 avec un chiffre d’affaires en hausse de 4,9% à près de 600 millions d’euros et un résultat opérationnel de 102 millions (0,8%). Le bénéfice net du groupe a en revanche été divisé par deux à 34,3 millions en raison de la cession en cours de la branche SNB (small nickel batterie).

Saft avait dû lancer deux avertissements sur ses bénéfices en 2012 en raison d’un environnement dégradé sur ses principaux marchés. « En 2012, la conjoncture économique et le contexte des marchés se sont avérés plus difficiles que ce qui avait été anticipé au début de l’exercice. Néanmoins, les équipes de Saft ont travaillé à la maximisation du chiffre d’affaires, tout en élargissant le nombre de solutions Li-ion (ndlr : batteries lithium-ion) proposées pour de nouvelles applications (…) Les efforts réalisés se sont traduits par une solide performance au dernier trimestre 2012 », a souligné John Searle, président du directoire.

Pour 2013, le groupe table sur une hausse d’au mois 5 % de son chiffre d’affaires et sur un résultat d’exploitation compris entre 102 et 106 millions. « Saft considère l'augmentation des ventes de batteries Li-ion comme le principal vecteur de croissance de la Société à compter de 2013. Les ventes de produits Li-ion contribueront à la rentabilité du Groupe à partir de 2014 », précise-t-il.

Les analystes partagés

L’implication de batteries lithium-ion de fabrication japonaise dans plusieurs incidents de vol du Boeing 787 Dreamliner ne remet pas en cause cette technologie qui permet d'alléger d'un tiers le poids du produit, a assuré M Searle dans une interview à l’agence Reuters. Saft suivra avec attention les résultats de l'enquête en cours mais le groupe estime toujours que la technologie lithium-ion pourrait représenter jusqu'à 35% de son chiffre d'affaires d'ici 2015, contre 10 à 12% en 2011 et 12,5 à 14,5% en 2012, a-t-il précisé.

Outre l'aéronautique, le groupe mise sur le stockage d'électricité pour les centrales éoliennes ou solaires, sur le ferroviaire et sur chariots de logistique. Dans l'automobile, depuis son divorce avec l'américain Johnson Controls, il concentre ses ambitions sur trois niches: les poids lourds, les séries limitées voire les petits hybrides abordables.

Société générale a réitéré son conseil d'achat et porté son objectif de cours de 25 à 27 euros, estimant que les résultats 2012 sont marqués par la solidité des activités historiques de Saft, malgré des pertes dues au démarrage d'une usine à Jacksonville et l'impact négatif de la cession programmée de la division petites batteries au nickel. Gilbert Dupont et Oddo maintiennent en revanche leur conseil « Alléger » tout en notant que le 4e trimestre a été meilleur qu'attendu.

Vers 15h50, le titre prend 3,5% sur un marché parisien en hausse de 1,8%.