Vallourec n’a pas rassuré les investisseurs hier lors de son Investor Day à Pittsburgh, aux Etats-Unis. Le groupe a reconnu des difficultés conjoncturelles sur les marchés américain et brésilien qui ralentiront l’amélioration de ses marges cette année.

« Vallourec confirme son objectif d’une progression des volumes et du chiffre d’affaires, ainsi que d’une amélioration du taux de marge d’exploitation. Cette amélioration de la performance du Groupe sera toutefois légèrement freinée par l’affaiblissement de la parité du réal brésilien contre les autres devises et un ajustement temporaire de la demande au Brésil », a-t-il expliqué.

A l’instar d’autres pays émergents, le Brésil a connu un fort recul de sa monnaie ces derniers mois lié au durcissement de la politique monétaire américaine. Pour Vallourec, qui réalise 20% de son chiffre d’affaires au Brésil, cela se traduira par un effet de change négatif dans les comptes du second semestre.

Le groupe reconnaît également que la demande en produits à forte valeur ajoutée peine encore à décoller. Aux Etats-Unis « le mix produit reste tiré par le forage de pétrole de schiste, et évolue vers davantage de connexions semi-premium à plus faibles marges », explique le groupe. Même chose au Brésil où les livraisons de tubes filetés pour l’équipement des puits de forage pétrolier (OCTG ) sont en baisse.

En dépit de ces éléments conjoncturels « susceptibles d’affecter également le début de l’exercice 2014 », le groupe reste confiant dans ses perspectives de croissance à moyen terme, aussi bien sur le marché du gaz de schiste aux Etats-Unis que dans l’offshore pétrolier au Brésil.

Vers 11h30, le titre chute de 9,2% à la Bourse de Paris, alors qu’il avait pris 24% depuis le début de l’année.