L’Union européenne n’entend pas laisser l’Ukraine démunie face aux risques économiques d’une révolution. La Commission a annoncé mercredi une série de mesures d’aide financière censées résoudre une partie des problèmes du nouveau gouvernement ukrainien, notamment sa dette gazière à l’égard de la Russie, estimée à environ deux milliards de dollars. 

«Aujourd’hui, la Commission européenne a identifié un programme d’aide à l’Ukraine. Ceci est notre contribution au sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de demain. Au total, le paquet pourrait apporter un soutien d’au moins 11 milliards d’euros sur les deux prochaines années, provenant du budget de l’UE et des institutions financières européennes», a déclaré le président de l’exécutif européen, José Manuel Barroso. Dans le détail, le programme d’aide comprend 1,6 milliard de prêts dans le cadre de l’assistance macro-économique, 1,4 milliard de dons - dont 600 millions au cours des deux prochaines années- et trois milliards provenant de la Banque d’investissement européenne (BEI). La Commission espère aussi dégager 5 milliards d’euros via la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

Ces aides visent à stabiliser la situation économique et financière de l’Ukraine, à accompagner la transition politique et à encourager les réformes politiques et économiques, précise l’exécutif européen. Kiev, qui a chiffré ses besoins à quelque 35 milliards d’euros, doit déjà rembourser 4,5 milliards de dollars au FMI d’ici fin 2015, et a vu un précédent programme d’aide interrompu en 2011 après le report de certaines réformes. Mais les pays occidentaux semblent cependant déterminés à ne pas laisser tomber le pays. Mardi, les Etats-Unis avaient proposé d’accorder un milliard de dollars dans le cadre d’un prêt international.