En plein bras de fer avec le gouvernement sur le choix du repreneur d’Alstom Energie, Patrick Kron entend bien rester seul maître à bord. Le PDG n’en a pas moins évoqué son départ du groupe, à moyen terme. « Le sujet n'est pas d'actualité, j'ai à mener la transition, l'évolution stratégique du groupe. Lorsque celle-ci interviendra, je ne pense pas que je serai nécessaire durablement à l'avenir d'Alstom devenu Alstom Transport », a-t-il déclaré à l'occasion de la présentation des résultats annuels du groupe. L’ex dirigeant de Pechiney, Mersen et Imerys a précisé n’avoir « rien négocié » concernant son avenir personnel avec General Electric.

Alstom examine actuellement l’offre de rachat de General Electric sur ses activités Energie (turbines de centrales électriques, éoliennes, réseaux intelligents), d’un montant de 12,35 milliards d’euros. Pour Patrick Kron, cette offre « répond aux préoccupations stratégiques » concernant ces activités, confrontées à une demande en berne en Europe et à une forte concurrence à l’international. GE s’est notamment engagé à maintenir l’emploi industriel dans ces activités en France. « Ma préoccupation est de donner un avenir à Alstom Energie et à ses salariés », a martelé M. Kron.

Si cette vente à GE était menée à bien, Alstom se concentrerait sur ses activités dans le domaine du transport, dont il est un leader mondial. Le produit de la cession servirait à « renforcer ses activités Transport, rembourser sa dette et redistribuer du cash à ses actionnaires », précise le groupe qui a de fait suspendu son projet d’introduction en bourse de sa branche Transport.

Patrick Kron a précisé qu'il étudierait toute autre offre formelle, citant les "marques d'intérêt" de Siemens.

Vers 15h50, Alstom cède 0,07% sur un marché en hausse de 0,5%. Le bénéfice net du groupe a chuté de 28% sur les douze derniers mois et ses commandes ont reculé de 10%. Le groupe a indiqué qu’il ne verserait pas de dividende au titre de l’exercice écoulé.