FedEx aurait prêté main forte à ces pharmacies dépourvues de licence entre 2000 et 2010 pour notamment transporter des somnifères Ambien, des anxiolitiques Valium et Xanax à des patients sans prescription.

L’action en justice est intentée après deux ans d’enquête débutée en 2012.

Les procureurs fédéraux ont indiqué que le gouvernement avait mis en garde à plusieurs reprises FedEx depuis 2004 qu’il violait la loi en transportant des médicaments achetés sur Internet si les acheteurs n’avaient pas de prescription.

FedEx aurait généré 820 millions de dollars de revenus par le biais de cette activité.
La firme pourrait devoir payer une amende de 1,6 milliards de dollars si sa culpabilité était avérée.

La direction de la compagnie a signalé avoir l’intention de plaider non coupable pour toutes les charges et vouloir défendre son intégrité devant la Cour.

Le directeur adjoint du service marketing et communication de FedEx a déclaré qu’il n’y avait aucun moyen pour la société de savoir ce que contiennent les 10 millions de paquets transportés tous les jours. « Nous sommes une société de transport et non la police. Nous n’avons aucun intérêt à violer la vie privée de nos clients. Nous continuons à nous tenir prêt et vous soutenir et assister la police. Mais nous ne pouvons pas faire le travail de la police nous même ».