Grâce à de économies de coûts significatives, la firme danoise a fait état d’un profit meilleur qu’attendu et a relevé son objectif annuel pour la seconde fois. Hors opérations non récurrentes, pertes de valeurs sur les écarts d’acquisitions et gains liés à des cessions, le bénéfice sous-jacent devrait ressortir à 4,5 milliards de dollars, contre une première estimation de 4,0 milliards.

Maersk a indiqué avoir l’intention de racheter pour 1 milliards d’actions sur une période étalée de 12 mois à compter de septembre. D’autres opérations similaires pourraient par ailleurs être lancées dans les années à venir.

D’importantes économies de coûts

Après avoir vécu sa première année de pertes en 2009, afin de prouver à ses actionnaire l’efficacité de son business model, Maersk a procédé à des réductions de dépenses considérables et s’est concentré sur quatre activités : le transport par conteneurs, les terminaux portuaires, l’exploration, le forage et la production de pétrole.

Des économies de coûts considérables devraient encore être générées en partie grâce au rapprochement de Maersk Line avec le deuxième plus puissant armateur de porte-conteneurs du monde MSC Mediterranean Shipping Co. Les deux sociétés sont sur le point de soumettre un accord aux régulateurs qui pourrait prendre effet en 2015.

Maersk est la plus grande compagnie de transport par conteneurs et la deuxième plus grande société danoise par capitalisation boursière.