En dépit d’une croissance ralentie au premier semestre, Legrand a toujours les faveurs des analystes. Dernier en date, Bank of America-Merrill Lynch vient de passer à l’achat sur le titre, avec un objectif de cours de 47,5 euros.
La récente baisse du titre offre un point d’entrée sur cette valeur défensive, explique le bureau d’études.

Au premier semestre, Legrand a vu son chiffre d'affaires baisser de 1,3% à 2,2 milliards d'euros du fait d'un effet de change défavorable de cinq points de pourcentage. A structure et taux de change constants, les revenus ont toutefois progressé de 1,3%. La marge opérationnelle ajustée est ressortie à 20,4%, contre 20,3% un an plus tôt. Le groupe a confirmé son objectif l'exercice d’une croissance organique comprise entre 0% et 3% cette année, et d’une marge opérationnelle entre 19,8% et 20,2% (avant acquisitions).

Vers 11h45, le titre bondit de 4,5%, à 44 euros, sur un marché parisien en hausse de 0,4%. Cette hausse pourrait relancer les spéculations de rachat du groupe qui n’a plus d’actionnaire de référence depuis le désengagement de Wendel il y a un an.