Plusieurs facteurs sont susceptibles d’aider à une revalorisation des cours de bourse des actions européennes l’année prochaine. Les taux d’intérêt actuels sont particulièrement bas, 3 points en dessous de 2007 s’agissant des taux longs. L’euro est en baisse. Le pétrole est en repli.

Si elles ne sont pas bon marché, les valorisations ne sont pas non plus chères. Le PE 2015 est en ligne avec la moyenne historique à 14,5 fois. Est attendu une hausse de 11% des profits en 2015. A priori ce chiffre pourrait paraitre exagéré mais contrairement aux années précédentes il n’est pas impossible à réaliser.

« Pour la première fois en 2014, la variation des profits est positive mais si elle est moindre qu’escomptée. Au troisième trimestre, la croissance des profits est supérieure par rapport au troisième trimestre 2013. Ca n’était pas arrivé depuis le deuxième trimestre 2012. Les bénéfices sont plus de 20% en dessous des plus hauts de 2007» relève Eric Biassette.

Valeurs de croissance versus valeurs cycliques

Depuis 2012, le marché a été porté par les valeurs de croissance internationales.
Début janvier les valeurs cycliques ont pris le relai sur fond d’un optimisme sur la reprise de la dynamique économique européenne. Mi 2014, les mauvais chiffres publiés sur la croissance dans la région, en particulier le ralentissement affiché par la locomotive de la zone euro, à savoir l’Allemagne, ont conduit à une réorientation des portefeuilles sur les valeurs internationales. « Certaines valeurs cycliques ont perdu plus de 20% ».
Cette tendance devrait perdurer quelques temps, considère Eric Biassette.

Bureau Veritas mise à l’honneur

Une valeur très appréciée par le gérant est Bureau Veritas. Sur trois ans, l’action a enregistré très fort un rebond de 44,90%. Cependant depuis le début de l’année, le titre affiche une correction de 9,70%.
« La société est exceptionnellement bien dirigée et finira sans doute un jour dans l’indice Cac 40 » assure Eric Biassette.
Le marché de la certification sur lequel elle est spécialisée est en plein émergence relève l’expert. « De plus en plus d’entreprises outsourcent leur contrôle qualité. Parallèlement, de plus en plus de règles de sécurité sont imposées par les autorités, notamment dans les usines chimiques. La mise en évidence de problèmes à répétition dans certains secteurs comme le secteur automobile ou le secteur pétrolier amènent à une vigilance accrue de la part des constructeurs et producteurs pour éviter d’éventuelles amendes » développe Eric Biassette.
« Nous aurions pu penser que Bureau Veritas serait affectée par l’accusation lancée à l’encontre de la société allemande TUV dans le scandale des prothèses mammaires. Cela n’a pas été le cas » poursuit le gérant de Generali Investments.

Le cours de bourse pourrait rebondir de 8% à 9% sur un an, considère ce dernier.

Une valeur phare mentionnée par Eric Biassette est la Coface en replis de 5,60% sur trois mois. La société devrait être porté par une expansion de son activité d’assurance crédit et une diminution du taux de faillite de ses clients.