Espace Industrie - News, articles, interviews et dossiers

L'Europe, un nouveau moteur de la dynamique des introductions en bourse

L'Europe, un nouveau moteur de la dynamique des introductions en bourse

(Easybourse.com) Le début de l'année 2015 est marqué par une forte animation sur le front des introductions en bourse (IPOs pour Initial Public Offering) en Europe. 51 opérations ont été recensées à fin mars 2015 pour un montant d'environ 16,3 milliards de dollars, à comparer avec 49 opérations et 17 milliards de dollars un an plus tôt. Pour les neuf experts interrogés (issus de société de bourse, de cabinets d'audit, de société de gestion ou d'entreprises nouvellement introduites) tous les ingrédients sont réunis pour avoir un bon cru sur le segment des IPO cette année. Il n'est pas du tout exclu que le niveau de 2014 (266 IPO pour un montant de 72 milliards d'euros) soit atteint voire même dépassé.

Interview de Philippe Kubisa

Interview

Philippe Kubisa

Associé marché de capitaux

PricewaterhouseCoopers

Interview de Eric  Forest

Interview

Eric Forest

Président directeur général

EnterNext

Interview de Marc Lefèvre

Interview

Marc Lefèvre

Directeur Europe du développement commercial et des relations émetteur

Euronext

Interview de Jean-Paul Fèvre

Interview

Jean-Paul Fèvre

Président directeur général

Plant Advanced Technologies

Interview de Thierry Olive

Interview

Thierry Olive

Responsable de l'activité marchés de capitaux

BNP Paribas

Les considérations macroéconomiques, le programme d’assouplissement monétaire de la Banque centrale européenne, les ajustements réglementaires apportés au niveau européen et au niveau national dans le cadre du processus de cotation sont autant d’éléments favorables à une dynamique soutenue des IPO cette année en Europe.

Bien que les chiffres soient encore timides, le taux de croissance de la zone euro semble s’être stabilisé, la courbe du chômage a connu un début d’inversion, le climat des affaires s’est amélioré, les indices PMI censés renseigner sur l’évolution de l’activité des entreprises manufacturières et des entreprises de service sont bien orientés.
Par ailleurs, la BCE a entamé son quantitive easing début mars consistant à racheter 60 milliards d’euros d’actifs tous les mois jusqu’en septembre 2016.

Sur le plan réglementaire, l’Autorité des marchés financiers a lancé un groupe de réflexion sur les introductions en bourse en 2014. Six propositions ont été formulées pour optimiser le processus des IPO. Les premiers fruits des mesures mises en œuvre ont pu être récoltés en ce début d’année. Au niveau européen, des modifications ont été apportées aux directives prospectus et transparence en vue d’alléger certaines formalités de reporting pour les PME-ETI.

Un premier trimestre globalement encourageant dans la région

Selon un rapport publié par le cabinet Ernst and Young ce mercredi 25 mars, 51 opérations d’introduction en bourse auraient été comptabilisées entre janvier et mars pour un montant de 16299,6 milliards de dollars.

6 opérations se seraient déroulées à Euronext Paris (pour un montant d’environ 1,083 milliard de dollars), et 3 sur Alternext Paris (pour 44,5 millions de dollars). 9 cotations auraient été faites sur le London Stocks Exchange (pour 3,33 milliards de dollars) et 3 sur l’Alternative Investment Market britannique (pour 91,5 millions de dollars). Par ailleurs, 2 IPO auraient été orchestrées en Espagne (pour 5,3 milliards de dollars), 4 en Italie (pour 546,6 millions de dollars), 2 en Allemagne (pour 733,4 millions de dollars), 2 aux Pays-Bas (pour 1,33 milliard de dollars), 1 en Belgique (pour 41,9 millions de dollars), 10 dans les pays d’Europe du nord (Danemark, Suède, Finlande pour environ 1,3 milliards de dollars), 1 en Suisse (pour 2,4 milliards de dollars), 1 en Turquie (pour 1,9 million de dollars), 1 en Croatie (pour 27 millions de dollars) et 1 à Varsovie (pour 10,3 millions de dollars).

A noter que la bourse de Madrid a accueilli la plus importante IPO dans le monde ce premier trimestre avec l’opérateur aéroportuaire Aena qui est parvenu à lever 4,8 milliards de dollars avec un cours du titre situé au sommet de la fourchette de cotation.

L’Europe a par ailleurs abrité 5 des 10 plus importants deals sur les trois premiers mois de l’année et 10 des 20 plus grands deals. Les sociétés financières-fonds de capital risque et fonds de capital investissement- ont été génératrices de 30% des transactions (soit 20 introductions notamment celle d’Elis, de Sunrise Communications, d’Auto Trader, et de GrandVision) et de 54% des capitaux levés (soit 9,1 milliards de dollars). C’est la plus grande proportion jamais enregistrée sur un trimestre.

Les secteurs les plus représentés ont été l’industrie (11 opérations pour 7,6 milliards de dollars), les biens de consommation de base (8 opérations pour 0,2 milliard de dollars) et la santé (8 opérations pour 0,2 milliard de dollars).

68% des IPO ont pu être faites dans ou au dessus de la fourchette de prix proposée. Les opérations effectuées sur les principaux marchés européens ont affiché une revalorisation moyenne du cours de bourse de 10,2% à l’issu du premier jour de cotation.

Les IPO à venir

Dans une conférence organisée par la société de gestion SPGP, ce jeudi 26 mars, Arnaud Morvillez, gérant d’un fonds dédié aux IPO a recensé 20 opérations susceptibles de voir le jour cette année.

Quatre sociétés se situent en France (Labco, Europcar, Spie, Alcatel Submarine), trois sociétés sont localisées au Royaume-Uni (Everything Everywhère, Center Parks, BCA), trois sociétés sont implantées en Italie (Poste Italiane, Ferrovie dello Stato et SACE), deux sociétés se trouvent en Allemagne (Bayer Material Sciences, et Hapag Lloyd). Le reste des pays concernés sont l’Espagne (Abertis Telecom), les Pays-Bas (ABN, Philips Lighting Components, Refresco), la Belgique (Omega Pharma), le Danemark (Icopal), la Suède (Capio) et la Pologne (Idea Bank).
A la lecture de ces noms, on s’aperçoit qu’une diversité de secteurs sont impactés parmi lesquels la santé, les services financiers, les transports ou encore les télécommunications.

Même si l’ampleur du pipeline est difficile à jauger, pour l’ensemble des intervenants, celui-ci est indéniablement très étoffé. D’aucuns avancent même un chiffre d’une cinquantaine de nouvelles opérations à paraitre au cours des prochains mois.

Le principal risque pour la dynamique des IPO sur le Vieux continent réside dans l’accentuation de la volatilité à l’approche des élections programmées. Le calendrier politique est très chargé. Des rendez-vous importants sont fixés tout au long de l’année au Royaume-Uni, en Espagne, en France, en Suisse, au Portugal, en Suède, en Finlande, en Estonie.
De la nervosité pourrait également émaner des modifications de politiques monétaires de grandes banques centrales, en particulier de la hausse des taux escomptée cet été aux Etats-Unis.

Imen Hazgui

Publié le 26 Mars 2015