Espace Industrie - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Patrick Kron : PDG d’Alstom

Patrick Kron

PDG d’Alstom

La croissance rentable comme nouveau défi

Publié le 27 Juin 2006

Alstom a recentré ses activités autour de deux pôles et renoué avec les profits. Que retiendrez vous de cette période difficile?
L'intensité de l'effort car il a fallu traiter simultanément l'aménagement de l'organisation et les changements de managers, le recentrage du portefeuille d'activités, avec d'importantes cessions, la restructuration industrielle et l'amélioration de la performance, ainsi que la consolidation financière. Nous n'avions droit à l'échec sur aucune de ces dimensions

Votre plus grande satisfaction, votre défi?
Ce défi, nous l'avons relevé. Et c'est un privilège que de voir nos équipes reprendre la voie de l'offensive sur nos marchés après une période de défensive et de repli. Aujourd'hui le défi est de réussir la nouvelle étape qui s'ouvre, celle de la croissance rentable.

Qu'est ce qui caractérise le " style Kron " en matière de management ?
Il n'y a pas de " style Kron ". Ce qui a permis le succès, c'est le diagnostic, sans complaisance aucune, des problèmes, et un travail en équipe pour mettre en œuvre les remèdes retenus.

Pensez vous qu'il serait adapté à la gestion d'un leader de l'énergie regroupant Alstom-Areva-Bouygues ?
La question ne se pose pas. Je n'ai donc pas de réponse à apporter.

Vous convenez, comme Anne Lauvergeon, PDG d'Areva, qu'il y aurait du sens à marier les activités énergétiques d'Alstom avec la branche Nuclear Power d'Areva (Framatome). La seule divergence, et non des moindres, concerne l'initiateur de l'opération, chacun estimant qu'il lui reviendrait de piloter le rapprochement. Estimez vous qu'un compromis pourrait être trouvé à brève échéance ?
Ce rapprochement n'est pas d'actualité.

Quelle est votre marge de manœuvre financière en matière d'acquisitions: 1-2-3…milliards d'euros ? Quelles cibles privilégiez vous ?
Le moteur de la croissance d'Asltom sera la croissance organique. Nous ferons des acquisitions seulement si celles-ci sont créatrices de valeur et permettent d'accélérer le développement du groupe. Nous explorons des pistes avec des acquisitions de taille modeste, complétant notre gamme ou notre présence géographique. Il n'y a pas de problème de financement de telles acquisitions.

Sur le plan opérationnel, vous tablez sur une marge de 7% sur l'exercice fiscal 2007-08. Quels seront les moteurs de cette croissance ?
L'objectif est de passer, en deux ans, de 5,6 %, actuellement, à 7 %. La qualité de l'exécution des contrats en carnet sera décisive pour parvenir à cet objectif.

Etes vous satisfait de l'évolution de votre carnet de commandes?
L'évolution du carnet de commandes est satisfaisante tant quantitativement que qualitativement. Avec une hausse de 9%, en données comparables, il atteint 27 milliards € soit 2 ans de ventes. On constate aussi une augmentation des marges en carnet sous le double effet de la marge des commandes entrant en carnet et d'une meilleure exécution des projets

Vous évoquez le versement d'un dividende l'an prochain en cas de poursuite de l'amélioration des résultats du groupe. Avez-vous une idée du taux de distribution : 30-40-50% ?
Si les résultats de l'exercice en cours, clos au 31 mars 2007, sont positifs je proposerai au Conseil, puis à l'Assemblée générale, de reprendre une politique de distribution de dividendes. Celle-ci sera prudente et aucun chiffre n'est arrêté à ce stade.

Depuis votre entrée en fonction, la capitalisation boursière d'Alstom a plus que doublé. Un pic à 84,8 euros a été inscrit le 10 mai 2006. Pensez vous que nous reverrons un tel niveau cette année ? La réintégration de l'action au sein du CAC40 sera t'elle de nature à soutenir le cours du titre ?
Les critères de capitalisation et de liquidité pris en compte pour déterminer la participation d'une société dans l'indice CAC40 sont respectés. Je me réjouis du retour d'Alstom dans cet indice qu'il avait quitté il y a 4 ans suite aux difficultés alors rencontrées.

Le mot de la fin pour vos très nombreux actionnaires ?
Merci de votre confiance et de votre soutien. Ils ont été décisifs pour notre redressement. Nous en avons besoin dans cette nouvelle étape.

florian

OK, tout accepter
Fermer