Le président de l’Union européenne a décidé de convoquer les chefs d’Etats et de gouvernements de la zone euro autour du 10 mai afin d’évoquer la question de la crise grecque et portugaise. La date du 10 mai permet à la chancelière allemande, Angela Merkel, d’affronter l’échéance électorale du 9 mai avec moins de pression, l’opinion publique allemande étant majoritairement hostile à toute aide à la Grèce.