Le président de la Fed, Ben Bernanke, se dit prêt à prendre des mesures supplémentaires de soutien à l'économie si nécessaire pour «favoriser un retour à une pleine utilisation du potentiel productif de notre pays dans un contexte de stabilité des prix».
Même si le scénario d'une nouvelle récession et d'une déflation sont écartés grâce à la demande des ménages et des entreprises- la croissance du pays est plus que modérée, et le taux de chômage est proche de son record historique. Jusque là près de 8,5 millions d'emplois ont été supprimés. Et selon le président de la Fed il faudra un certain temps avant que les destructions d'emplois s'arrêtent.
Questionné sur ce que la Fed pourrait faire pour mener une politique monétaire encore plus accomodante, Bernanke a alors évoqué la possibilité de reprendre les achats d'actifs ou abaisser le taux qu'elle verse aux banques pour prendre leurs réserves excédentaires à la Fed. A noter que la banque centrale américaine a racheté pour le moment près de 1500 milliards de dollars en crédits hypothéqués et bons du Trésor afin de lutter contre la crise financière et économique traversée par le pays.

Les taux directeurs américains qui se situent proche de 0 depuis décembre 2008 ont vocation à demeurer faibles pour une "période prolongée". Selon Bernanke, un plan de long terme pour une trajectoire fiscale soutenable sera crucial pour maintenir ces taux d'intérêts bas.

Les réactions du marché sont négatives face aux déclarations du président de la banque centrale américaine.
Les investisseurs attendaient une action concrète de la part de Bernanke, l'engagement de faire quelque chose. Au lieu de cela, tout ce qu'il a eu c'est la confirmation d'une prise de conscience des risques éventuels et la déclaration selon laquelle la Fed était prête à prendre le cas échéant des mesures non spécifiées. La bourse de Wall Street a terminé la séance en baisse. Le Dow Jones a perdu 1,07% et le Nasdaq a lâché 1,58%.

Interrogé sur la politique monétaire menée par la Chine, Ben Bernanke a répondu que les Etats-Unis aimeraient voir le yuan s'apprécier considérablement mais a mis en garde le Congrès eu égard à l'adoption de mesures qui pourraient enflammer les relations commerciales sino-américaines.

Imen Hazgui