Alors qu’il s’était refait une santé ces derniers jours, l’euro est à nouveau mis sous pression. Ce matin la monnaie unique est tombée à 1,2758 franc suisse, son plus bas historique face à la devise helvétique. L’euro perd également du terrain face au dollar, à la livre sterling et au yen.

Les investisseurs se réfugient sur les placements sûrs après que Moody’s a placé la note de l’Espagne sous perspectives négatives, relançant les craintes d’une contagion de la crise de la dette.

«Après avoir touché des petits pays dits « périphériques » de la zone euro, il est tout à fait possible que la crise entre dans une seconde phase où elle touchera des grands pays, comme l’Espagne ou la Belgique»
, commente Nicolas Bouzou, économiste au centre de recherches Astérès.

Même si l'Espagne est beaucoup plus solide que les pays qui ont fait l'objet d'attaques jusqu'à présent (Irlande, Portugal, Grèce), elle va devoir faire face «des besoins importants de financements en 2011 (qui) la rendent susceptible de connaître de nouveaux épisodes de tension pour se financer sur les marchés», précise Moody's.

Lire aussi : L’Espagne mettra-t-elle fin à l’hystérie du marché sur les taux souverains de la zone euro ?