Le Portugal aurait besoin d’un prêt entre 50 et 100 milliards d’euros.

Le ministre des finances allemand a nié le fait qu’un plan d’aide au Portugal serait à l’ordre du jour de la réunion qui doit se tenir entre les ministres des finances européens le 17 et 18 janvier prochain.
Selon le ministre de l’économie espagnol, Elena Salgado, le Portugal n’aurait tout simplement pas besoin de recourir à cette aide.

Les économistes et les analystes de marché ne partagent pas cet avis. «Si le spread (écart entre le taux de l’obligation portugaise et le taux de l’obligation allemande) continue à s’élargir, le Portugal n’a aucune chance d’échapper à un plan de sauvetage», estime Laurence Boone, responsable de la recherche économique au sein de Barclays Capital.

Les émissions d’obligations du Portugal, de l’Espagne, de la Grèce et de l’Italie qui doivent avoir lieu cette semaine seront l’occasion de tester l’appétit des investisseurs et la capacité de financement consécutive de ces pays. Le Portugal est censé émettre entre 750 millions et 1,25 milliard d’euros.

Les risques sont forts que la demande ne soit pas entièrement au rendez-vous. Il sera toujours possible de compter sur le soutien de la BCE pour limiter les dégâts. Celle-ci se serait d’ailleurs portée acquéreuse aujourd’hui d’obligations portugaises à 5 ans et à 10 ans qui acquisition aurait permis au taux 10 ans du Portugal de baisser de 10 à 7%.