Après l’annonce d’une mégafusion entre Deutsche Börse et Nyse-Euronext, le mouvement de consolidation des places boursières n’est semble-t-il pas terminé. Ainsi, le journal britannique Sunday Times révèle que la Bourse de Londres serait intéressée par un rapprochement avec le Nasdaq, la plate-forme électronique américaine.

Le London Stock Exchange doit d’abord mener à bien sa fusion avec la Bourse de Toronto (TMX), annoncée en début d’année, et qui donnera naissance à la première plateforme mondiale de cotation pour les entreprises spécialisées dans l'extraction de ressources naturelles et la production d'énergie. Mais une fois ce rapprochement effectué (courant 2011), le nouvel ensemble s’attaquerait au marché américain des valeurs technologiques.

Nasdaq OMX Group pourrait cependant se défendre, voire contre-attaquer, après avoir lui-même tenté de racheter la bourse britannique en 2006. Il pourrait également s'allier avec l’IntercontinentalExchange (ICE) ou le Chicago Mercantile Exchange (CME) et surenchérir sur Nyse-Euronext, dont l'alliance avec Deutsche Börse (7,5 milliards d'euros) fait décidément très peur.