José Socrates avait mis en garde en début de semaine sur les conséquences éventuelles d’un rejet de son plan d’austérité. Malgré la menace, les mesures d’austérité proposées n’ont pas été adoptées. «L'opposition a retiré au gouvernement toutes les conditions pour gouverner. J'ai par conséquent présenté ma démission au président de la République» a indiqué M Socrates.

José Socrates va tout de même se rendre aujourd’hui et demain au sommet de Bruxelles qui doit valider la mise en place d’un mécanisme permanent à la zone euro. C’est donc un premier ministre démissionnaire et sans solution à la dégradation des finances publiques qui asphyxie le pays qui viendra représenter le Portugal à ce sommet.

Les rendements de la dette portugaise ont dépassé hier un nouveau record à 8,28% sur cinq ans, un prix excessif pour le Portugal dont les dettes arrivant à échéance d'ici au 15 juin s’estiment à 9 milliards d'euros.

A lire également l’article : Portugal : l'aide du FMI inévitable ?