Rome acculé à la rigueur! Le conseil des ministres italien a été convoqué pour vendredi soir. Il sera question d'un nouveau plan de rigueur afin de ramener l'Italie à l'équilibre en 2013. Pour le ministre de l'économie, Giulio Tremonti, il s'agit d'annoncer des mesures "très fortes" pour convaincre les marchés ainsi que ses partenaires européens que le pays est en route pour l'équilibre budgétaire. Cette année, le déficit italien devrait s'élever à 3,8% du PIB.

En ramenant celui-ci à zéro en l'espace de deux ans, le gouvernement de Silvio Berlusconi veut envoyer un message aux marchés. Depuis plusieurs semaines, la dette souveraine italienne est la proie de lourdes attaques spéculatives des marchés financiers. La peur d'un défaut de la quatrième dette du monde a fait plonger les places du monde entier.

Il faudra également convaincre la Banque Centrale Européenne qui a demandé à l'Italie d'aller plus loin dans ses réformes et de s'attaquer au marché du travail. L'institut monétaire s'est engagé dans des rachats d'obligations italiennes depuis le début de la semaine pour calmer les tensions sur les marchés obligataires. La semaine dernière, les rendements des obligations italiennes avaient dépassé les 6%.

BNP Paribas, très exposé à l'Italie via sa filiale BNL, monte de 3,21%. Le Crédit Agricole gagne 0,63%. Le Cac 40, lui, grimpe de 2,33%.