Les Etats-Unis n’ont créé pratiquement aucun emploi en net au mois d’août. Cette nouvelle donne est une grande surprise pour les investisseurs et confirme le calage de l'économie américaine.

Le secteur privé a créé 17 000 emplois contre 105 000 emplois attendus. Cependant, 3 000 emplois ont été détruits dans le secteur manufacturier (contre 4000 créations prévu) et 17 000 emplois ont été détruits dans le secteur public.

Le chiffre meilleur qu'attendu du mois de juillet, de 117 000 créations nettes, a été révisé à la baisse. La statistique du mois de juin a également été abaissée à 20 000 créations nettes contre 46 000.
Nous ne sommes donc pas à l'abri d'une nouvelle révision pour le mois d'août. "Le rapport est réalisé sur la base d'un échantillon. Il ne s'agit pas d'un recensement exhaustif" observe un acteur du marché.

Le taux de chômage est, quant à lui, resté stable à 9,1%.

Obama doit prononcer jeudi soir un grand discours sur l'économie et sur l'emploi. Le président américain a avancé en début de semaine un objectif de création d'un million d'emplois. La tâche sera rude. 

La sinistralité du marché de l'emploi incite à penser que la Fed interviendra massivement à la suite de sa réunion de la fin du mois de septembre. D'aucuns pensent que la perfusion se fait plus que nécessaire.

Suite à cette nouvelle, le Cac 40 accentue sa baisse à 3,33%. Quasiment toutes les valeurs sont dans le rouge. Peugeot et Schneider Electric signent les plus fortes corrections avec respectivement -5,21% et -6,25%.