Le rapport mensuel du Département du Travail américain réserve une bonne surprise ce vendredi : au mois de novembre, le taux de chômage a reflué à 8,6%, alors que les économistes l’attendaient stable à 9%.

Il s’agit de la deuxième baisse consécutive du taux de chômage qui atteint son plus bas niveau depuis mars 2009.

Cependant, les créations d’emplois sont ressorties en ligne avec les attentes : + 120 000 le mois dernier. Le secteur public a continué à supprimer des postes (20 000), tandis que le privé en a créé 140 000, d’après le ministère dont les chiffres sont nettement inférieurs à ceux du cabinet privé ADP, qui faisait état mercredi de 206 000 créations nettes dans le secteur privé le mois dernier.

En dépit de cette évolution positive, les économistes restent très prudents sur l’évolution du marché du travail américain: le taux de chômage pourrait repartir à la hausse en 2012 si la crise de la dette européenne s’étend aux Etats-Unis et surtout si le marché immobilier ne s’améliore pas. Selon les experts, l'économie américaine doit créer en moyenne 125 000 emplois par mois pour maintenir son taux de chômage à un niveau constant.

Même si la baisse du chômage en novembre pourrait être un trompe-l’œil, Wall Street n’a pas boudé son plaisir à l’ouverture. Vers 16h40, le Dow Jones s’adjuge 0,6% et le Nasdaq 0,7%.