Lors de la conférence de presse qui s’est tenue ce jeudi, Mario Draghi est resté relativement vague sur la manière dont seront traités les avoirs grecs détenus dans son bilan.

Le responsable de la BCE a dans un premier temps refusé de divulguer le montant total de titres grecs détenus. «Je me prononcerai à ce sujet après la réunion de l’Eurogroupe qui doit se tenir cette après ». Ce montant est estimé aujourd'hui entre 40 et 55 milliards d'euros.

Par ailleurs, en rappelant qu’il était hors de question pour la BCE de violer la lettre et l’esprit du Traité européen concernant l’interdiction du financement monétaire des Etats membres de la zone euro, Mario Draghi n’a avancé cependant aucune option sur la manière dont l'institution pourrait participer à l’allégement du fardeau de la dette de la péninsule.

Mario Draghi ne ferme cependant aucune porte.