Depuis l’apparition de la crise financière fin 2007-début 2008, la Chine ne cesse d’afficher sa volonté de promouvoir l’utilisation du yuan en vue de réduire sa dépendance au dollar et d'encourager les entreprises chinoises à acquérir les sociétés étrangères impactées par la crise.

Un pas de plus a été fait dans ce sens par le lancement d’un fond intitulé "Sailing Capital International".
Ce fonds a vocation à aider les entreprises chinoises à se développer à l’étranger en leur accordant des prêts ou en investissant dans leur capital. Les opérations d’acquisition pourront à la fois concerner des entreprises publiques et privées, des sociétés financières ou non financières, cotées ou non cotées. 

Le yuan sera la monnaie qui sera privilégiée pour la fixation du prix des opérations d’acquisition, pour les transactions et les règlements.

Ayant, une cible de levée d'argent de 50 milliards de yuan, le fonds a déjà levé 12 milliards de yuans. Grâce à des effets de levier éventuels, il pourrait bien atteindre une puissance de frappe de 150 milliards de yuans (18 milliards d’euros).

Selon Tu Guangshao, le maire adjoint de Shanghai, le lancement de ce fonds vise à répondre au besoin stratégique des sociétés chinoises de s’internationaliser et devrait jouer un rôle important dans l’édification de Shanghai en tant hub important pour l’asset management et l’investissement étranger libellé en yuan.