Mario Monti a souhaité rassurer ce mercredi sur le fait qu’il n’était pas inquiet à propos des problèmes économiques auxquels  l’Espagne est confronté. En cela le chef du gouvernement italien a tenu à revenir sur les commentaires qu’il a pu faire ce week-end lors d’une conférence donnée à Cernobbio, selon lesquels la situation espagnole pourrait bien prochainement redéclencher la crise de la dette dans la zone euro et accentuer l’effet de contagion sur l’Italie.

Le regard des investisseurs s’est de nouveau concentré sur l’Espagne après que le responsable du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a signalé l’incapacité du pays à respecter son objectif de réduction de déficit pour cette année en raison de la forte dégradation de la conjoncture. Le taux de chômage de l’Espagne est le plus élevé de la zone euro, de l’ordre de 23%.

«Je suis persuadé que l’Espagne est sur la bonne voie pour procéder à une consolidation budgétaire» aurait déclaré M Monti après avoir affirmé quelques jours plus tôt que Madrid «n’avait pas fait suffisamment attention à ses comptes publics».

Celui-ci a ajouté aujourd’hui «espérer que le risque de contagion fera bientôt partie du passé, maintenant que davantage d'Etats membres ont adhéré à une plus grande discipline budgétaire et que les pare-feux de l’union monétaire sont en train d’être fortifiés».

A la fin de la semaine, les ministres des finances de la zone euro doivent se réunir à Copenhague pour décider tous ensemble de la manière dont ces pare-feux seront effectivement renforcés.