C’est une rencontre inédite qui aura lieu le 22 juin prochain entre François Hollande, Angela Merkel, Mario Monti et Mariano Rajoy. Pour la première fois depuis le début de la crise grecque, les dirigeants des quatre principales économies de la zone euro vont se retrouver afin de discuter des mesures à prendre.

L’initiative de la réunion revient à Mario Monti, qui avait indiqué lors du sommet du G8 à Camp David vouloir « faciliter une synthèse entre les positions française et allemande » sur les moyens de relancer la croissance. Entre-temps, le président du Conseil italien a aussi invité à cette rencontre le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, preuve que l’Espagne inquiète ses principaux partenaires européens.

Madrid va devoir recapitaliser au plus vite son secteur bancaire, qui croule sous les prêts immobiliers douteux, ce qui risque d’entraîner un nouveau dérapage de ses finances publiques. Par ailleurs, selon les dernières données publiées par la Banque centrale d'Espagne, 97 milliards d'euros auraient fuit le pays à l'issue des trois premiers mois de l'année, soit environ 1 dixième du PIB national.

Certains investisseurs craignent désormais que l’Espagne, à l’instar de la Grèce ou du Portugal, soit contrainte de faire appel à l’aide de ses partenaires européens. La Grèce dont le vote aux élections législatives du 17 juin sera déterminant pour son avenir dans la zone euro.

Tous ces sujets devraient être abordés par le « quatuor » qui ferait bien de s’accorder avant le sommet semestriel de l’Union européenne prévu les 28 et 29 juin.