Selon le département du travail des Etats-Unis, 34 000 demandes d’allocation chômage supplémentaires auraient été recensées la semaine dernière. Ceci porte le chiffre total des demandes à 386 000.

La moyenne des estimations des économistes avait tablé sur 365 000.

La principale explication de ce surcroit de chômeurs, plus important que prévu, est liée au changement de timing du déploiement des plans de fermeture des usines des grands constructeurs automobiles.

Habituellement, ces constructeurs ferment brièvement leurs usines chaque été pour les rééquiper en vue de fabriquer de nouveaux modèles. Cependant le temps de fermeture ainsi que le nombre d’usines concernées peuvent varier d’une année sur l’autre.

Par conséquent, les chiffres rendant compte des demandes d’allocation chômage ont tendance à être très volatils au mois de juillet. D’où le large gap avec les prévisions des économistes et avec les estimations de la semaine précédente.

Ces constructeurs ont décidé d’agir cette année plus tard dans l’année comparativement aux années précédentes.

Le groupe Chrysler a signalé en mai que trois usines avaient décidé de reporter leur fermeture pour répondre à une demande accrue. Deux autres usines ont décidé de ne fermer leurs portes qu'une semaine au lieu de deux.

Le groupe Ford a, quant à lui, fait part de son intention d'arrêter l’activité de 13 usines une seule semaine au lieu de deux. Le groupe Nissan a augmenté les heures travaillées pour également faire face à une augmentation de la demande.

Un meilleur baromètre de l’état du marché du travail réside dans la moyenne des demandes d'allocations sur quatre semaines. Le chiffre qui ressort à l'issue des quatre dernières semaines est de 375 500, contre une précédente moyenne de 1,5 million.

Environ 5,75 million d’américains recevaient une allocation chômage au 1er juillet, en baisse de 121 985 par rapport au 24 juin.