Sur 2012, le Cac 40 a gagné 15,2%, le Dax 29%. Le MIB italien a récolté 7,8%, l’Ibex 35 espagnol a cédé seulement 4,7%. La bourse autrichienne a engrangé 27,7%, la bourse d’Athènes 32,5%.
Depuis le 1er janvier le Cac a gagné 1,66%, le Dax 1,35%, le MIB 7,25%, l’Ibex 35 5,49%.

Parallèlement les progressions des PIB sont soit nulles soit négatives.
Ce fort décalage a amené certains à interroger le gouverneur de la BCE sur l’existence d’une exubérance sur les marchés actions.
A cette question le gouverneur répond par la négative. «Nous n’avons pas de raison de penser qu’il y a exubérance. Nous assistons à une simple normalisation. Les marchés actions européennes étaient très déprimés».

Des excès semblent cependant se dessiner dans certaines parties spécifiques du système financier. Par exemple, il semble y avoir un retour de survalorisation de rachats de dette. «Nous suivons ces zones de risque de très près» rassure alors M Draghi.

A lire également :

« Pourquoi la BCE n'a pas diminué son taux directeur selon Mario Draghi »

« La BCE n'agira pas comme les autres grandes banques centrales, affirme Mario Draghi »