Le taux de chômage de la zone euro en janvier, initialement estimé à 11,9%, a été révisé à la hausse.
En février, 1,8 million de chômeurs supplémentaires auraient été recensés, soit 19 millions de chômeurs au total.

La Grèce et l’Espagne demeurent les deux pays affichant le taux de chômage le plus élevé. Au sein de la quatrième puissance de la zone euro, le taux de chômage a atteint 26,3% en février. Parallèlement, l’Autriche est le pays de la zone où le taux de chômage est le plus faible, à 4,8%.

En Allemagne, le taux se situe à 5,4%. En France, le taux est passé de 10,7% à 10,8%.

3,6 millions de chômeurs seraient âgés de moins de 25 ans, soit un jeune sur quatre en moyenne.

Pour l’ensemble de l’Union européenne, le taux de chômage s’est élevé de 10,8% à 10,9%. Le Vieux continent comptabilise désormais 26 millions de chômeurs.

Cela fait 22 mois consécutifs que le marché du travail en Europe connait une détérioration. C’est ainsi le plus fort retournement constaté depuis le début des années 1990.

Les dirigeants européens continuent à espérer une reprise de l’économie au second semestre de l’année. Cependant de nombreux dirigeants d’entreprise sont plus pessimistes et s’attendent une contraction du PIB de la zone euro de près 2% cette année, après une contraction de 0,9% en 2012.

L’indice PMI du secteur manufacturier dans la zone euro a encore reculé en mars à 46,8 contre 47,9 en février. Un niveau en dessous de 50 rend compte d’une contraction de l’activité. L’indice s’inscrit dans une tendance baissière depuis aout 2011.  L’affaiblissement du secteur manufacturier au sein de l’union monétaire a conduit à la destruction d’emplois en mars, pour le quatorzième mois consécutif.

Face à l’impuissance des politiques à changer la donne, les regards seront fixés cette semaine sur la conférence du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi pour avoir une bouffée d’oxygène.

A noter qu’aux Etats-Unis, le taux de chômage est descendu à 7,7% en février, le plus faible niveau depuis 2008. Ce vendredi le département du Travail des Etats-Unis doit publier son rapport mensuel sur l’emploi. Le consensus des économistes table sur 200 000 créations de postes contre 236 000 en février.