« La libéralisation des taux de dépôt est dans notre agenda. Personnellement, je pense qu’il est très probable de la réaliser d’ici un à deux ans. Elle marquerait le dernier pas vers une libéralisation du taux d’intérêt », a déclaré Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la Banque centrale de Chine. C’est le cadre temporel le plus explicite jusqu’ici avancé par l’institution monétaire.

Cela signifie que les banques chinoises vont pouvoir établir leur propre taux de dépôt d’ici deux ans et décider plus librement des taux des prêts bancaires qu’elles accordent.

Les banques sont déjà autorisées à définir leur propre taux de crédit. Cependant elles sont limitées dans leur marge de manœuvre par le contrôle étroit exercée par la Banque centrale sur les taux de dépôt.

Actuellement les dépôts ne peuvent pas être rémunérés au-delà de 110% par rapport au taux de référence de la Banque centrale.

La mesure devrait avoir pour effet d’accroitre le pouvoir d’achat des ménages chinois, d’intensifier la concurrence dans le secteur bancaire, de renchérir les crédits bancaires et de réduire l’investissement improductif dans le pays.

La problématique de la dette est très importante dans le pays. Vendredi est survenu le premier défaut d’une entreprise domestique chinoise dans le pays. Le fabricant d’équipements solaires Chaori Solar n’a pas pu payer ses taux d’intérêt.

Shang Fulin, le responsable de l’Autorité bancaire a tenu à relativiser les risques de tensions sur le secteur bancaire. « Les banques chinoises ont crû rapidement ces dernières années, ce qui a entrainé l’émergence de risques. Mais ces risques sont globalement sous contrôle » a-t-il commenté. « Les provisions et les fonds propres mis pour les mauvaises créances sont suffisants » a-t-il ajouté.

Toutefois l’Administration centrale a à cœur de resserrer le robinet du crédit.
Selon 945 analyses de moyennes et grandes firmes financières, la dette en Chine aurait augmenté de plus de 260%, de 1 820 milliards de yuans à 4740 milliards de yuans entre décembre 2008 et septembre 2013.

D’après Standars & Poor’s, les crédits des banques et les obligations émises par les entreprises non financières s’élèveraient à 12 000 milliards de dollars à la fin de 2013, soit plus de 120% du PIB de la Chine.

Pour beaucoup, la libéralisation entière des taux de dépôt ne devrait pas intervenir avant que la Banque centrale n’introduise un programme d’assurance dépôt pour protéger les épargnants dans le cas où elle conduisait à des turbulences pour les plus petites banques. Ce d’autant plus que selon Shang Fulin, le gouvernement admis l’entrée de cinq nouvelles petites banques privées dans le secteur bancaire chinois, dans les régions de Tianjin, Shanghai, Zhejiang et Guangdong de manière, afin de soutenir les petites entreprises.

Selon les analystes de HSBC, ce programme d’assurance dépôt pourrait être instauré dans les mois à venir.