Vers 9h30, la monnaie unique est en baisse de 0,08% contre le billet vert, de 0,18% contre la livre sterling et de 0,09% contre le yen.

Mardi, l’euro a perdu 0,6% contre le dollar durant la séance.

Le mouvement fait suite au lancement de la campagne contre la vigueur de l’euro hier après qu’Antonio Tajani, vice président de la Commission européenne ait indiqué que le cours de la devise contre le dollar serait trop élevé à 1,40.

Jens Weidmann, gouverneur de la Banque centrale d’Allemagne et membre du Conseil des gouverneurs de la BCE a signalé de son côté que mettre le taux d’intérêt à un niveau en dessous de 0 pourrait être une voie exploitée pour diminuer la force de l’euro, le cas échéant.

Josef Makuch, gouverneur de la banque centrale de Slovaquie et également membre du Conseil des gouverneurs de la BCE a soutenu que l’euro devait se dévaluer d’ici la fin de l’année et que dans le cas contraire des mesures additionnelles pourraient être prises comme le lancement d’un programme d’achat d’actifs.

Erkki Liikanen, gouverneur de la Finlande, un autre membre du Conseil des gouverneurs de la BCE a déclaré que la Banque centrale pourrait considérer l’option d’un taux de rémunération des dépôts négatif pour éviter le risque de déflation.
Ce à quoi, Mario Draghi, le président de la BCE a ajouté que la BCE se tenait prête à réagir pour maintenir la stabilité des prix au sein de la zone euro.

Ces différents propos arrivent à point nommé dans la mesure où les membres du Conseil des gouverneurs de la BCE doivent se réunir la semaine prochaine, soit le 3 avril, pour discuter de la prochaine marche à suivre sur le front de la politique monétaire.