Ces cinq banques sont Citigroup, Santander, RBS Citizens, HSBC et Zions Bank.

A la suite de la crise financière de 2008, les régulateurs américains ont insisté sur le fait que les banques d’envergure menant des activités importantes aux Etats-Unis devaient mettre de coté suffisamment de fonds propres pour résister aux chocs extrêmes.

Le Congrès a alors mandaté la Fed pour réaliser tous les ans un examen de ces fonds propres et lui a donné la possibilité d’interdire aux banques défaillantes de verser des dividendes, de se lancer dans des rachats d’actions ou dans d'autres opérations similaires.

Bien que la Fed ait reconnu les efforts effectués par Citigroup pour améliorer sa gestion du risque, celle-ci a mis en doute l’aptitude de la banque de projeter des estimations de revenus et de pertes dans des scenarii très tourmentés.

Santander, RBS Citizens sont deux institutions très présentes dans le Massachusetts. Les deux ont un niveau de fonds propres supérieur au niveau exigé par la Fed.
Cependant selon la Banque centrale américaine, RBS Citizens n’a pas utilisé les pratiques appropriées pour évaluer les revenus et les pertes dans un environnement économique et financier très chahuté.
Santander s’est vue reprochée le fait que l’augmentation des dividendes à ses actionnaires aurait pour effet de réduire les fonds propres de la banque en raison des déficiences existantes dans les dispositifs d'identification et de gestion des risques.

La décision prise par la Fed suppose que les deux filiales américaines ne seront pas dans la capacité de reverser leurs excédents de profits à leur maison mère.

Les cinq banques épinglées devront soumettre un nouveau plan à la Fed d’ici 90 jours.

Les 25 autres banques qui ont procédé au même exercice ont reçu l’approbation de la Fed. Celles-ci vont alors pouvoir accroitre le versement des dividendes à leurs actionnaires.

Les analystes ont chiffré ces dividendes à 75 milliards de dollars.

A noter que selon la Fed, les 30 banques examinées ont plus que doublé leur ratio de fonds propres, de 5,5% au premier trimestre 2009 à 11,6% au dernier trimestre 2013.