L’amélioration de la conjoncture économique au sein de la zone euro, impliquant l’éloignement du risque de déflation pour la région, associé à l’espoir de voir le dossier grec trouver une nouvelle issue temporaire très prochainement ont conduit les investisseurs à continuer à délaisser les actifs « refuge », parmi lesquels les taux longs allemands, pour davantage se rabattre sur les actifs risqués.

A la suite d’une réunion trilatérale entre le premier ministre grec Alexis Tsipras, la chancelière allemande Angela Merkel, et le président français françois Hollande, plusieurs déclarations sont allées dans le sens de la conclusion prochaine d’un compromis entre la Grèce et ses créanciers.

Ainsi le taux à dix ans allemand est monté à 1,02% ce jeudi, après avoir touché 0,05% en séance le 20 avril dernier.

Parallèlement, vers 11h, l’indice Eurostoxx gagnait 0,71% et le Cac 40 0,79%.

Les experts financiers se veulent relativement sereins face à la hausse des taux longs allemands. Selon Jim Reid de Deutsche Bank, l’ampleur de la remontée est à relativisée dès lors que depuis que les données ont commencé être disponibles en 1807, les taux à dix ans allemands se sont situés au dessus de 1% dans 99,6% des cas.