Les marchés voient rouge lundi après un nouvel échec des négociations entre la Grèce et ses créanciers et la mise en place d’un contrôle des capitaux dans le pays – une mesure exceptionnelle destinée à empêcher la faillite des banques. Alors qu’ils tablaient sur un accord de dernière minute, les investisseurs ont été douchés par l’annonce d’un referendum dimanche lors duquel les Grecs seront invités à accepter ou rejeter les propositions de l’Union européenne et du FMI. Un « non » plongerait le pays dans l’inconnu, avec une sortie à plus ou moins brève échéance de l’euro.

Même si les dirigeants européens assurent qu’un accord est encore possible cette semaine, les investisseurs optent pour la plus grande prudence. Vers 14h toutes les bourses du vieux continent sont dans le rouge -sauf celle d’Athènes qui n’a pas ouvert - et l’Eurostoxx 50 cède 3,7%. L’onde de choc se propage sur le marché obligataire où les rendements des pays dits périphériques de la zone euro se tendent, tandis que le Bund allemand recule. « Des trous de cotations (gap) sont ouverts sur de nombreux marchés, une forte baisse sur les marchés actions de la Zone Euro, sur le taux de change de l’Euro et un « Flight To Quality » à l’œuvre sur le marché obligataire de la Zone Euro. L’once d’Or semble aussi bénéficier de son aspect ‘refuge’ », souligne Vincent Ganne, analyste chez le courtier FXCM.

Autre valeur refuge, le franc suisse est monté ce matin à 1,0314 franc pour un euro, son niveau le plus fort en un mois. La Banque nationale suisse (BNS) a dû intervenir dans la nuit de dimanche à lundi afin d’empêcher une appréciation plus importante, en vendant des francs contre l’euro. En revanche le dollar ne profite guère de l’incertitude sur l’avenir de l’union économique et monétaire, à 1,1135 dollar pour un euro lundi après-midi contre 1,1160 vendredi. Le mouvement en faveur des valeurs refuge devrait se poursuivre voire s’accentuer cette semaine, avec la perspective d’un défaut dès mardi de la Grèce sur une échéance auprès du Fonds monétaire international (FMI).