Selon le rapport publié département du travail des Etats-Unis vendredi, seulement 142 000 auraient été générés par l’économie américaine en septembre. La moyenne des estimations des économistes s’élevait à plus de 200 000.

Selon le cabinet Markit, ce lundi, le secteur des services Outre-Manche a enregistré sa plus faible progression en septembre depuis plus de deux ans. L’indice est descendu à 53,3 le mois dernier contre 55,6 en août. Cette variation était largement inattendue par les économistes. La moyenne des prévisions tablait sur un indice au dessus de 56.
Les conclusions de l’enquête sur le secteur manufacturier dévoilées la semaine dernière n’ont pas été plus glorieuses. Les perspectives d’évolution pour l’industrie britannique sont assez sombres.
Selon le cabinet Markit, la croissance au Royaume-Uni devrait ainsi atteindre à peine 0,5% au troisième trimestre.

Les menaces qui pèsent sur l’évolution de la conjoncture devraient être mises en avant par la BoE ce jeudi, après sa réunion ce mardi. En témoigne le repli de la livre sterling contre le billet vert après l’étude de Markit.

Ces éléments d’information confortent l’anticipation des intervenants sur les marchés que la Fed et la BoE n’hésiteront pas à se montrer très prudentes dans le processus de remontée de leurs taux directeurs.

Parallèlement, d’aucuns escomptent un assouplissement additionnelle de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Celle-ci pourrait être amenée à accroitre la composition, la taille ou la durée de son programme de quantitative easing annoncé en ce début d’année. Celui-ci prévoit, pour l’heure, que 1100 milliards d’euros de titres obligataires devraient être achetés d’ici septembre 2016.

Vers 14h15, l’Eurostoxx gag,e 50 3,19% à 3186,66 points et le Cac 40 3,28% à 4604,71 points.