La principale puissance commerciale de la planète n'est pas encore remise sur pied. En avril, les exportations chinoises ont reculé de 1,8%, après avoir rebondi de 11,5% le mois précédent et suscité des espoirs de stabilisation de la deuxième économie mondiale.

A la suite de nouveaux efforts de relance budgétaire du gouvernement, le pays a notamment enregistré en mars une vigoureuse accélération de sa production industrielle, un sursaut du secteur immobilier et de l'activité manufacturière. Mais les perspectives de l'économie chinoise restent fragiles : le secteur industriel est toujours plombé par de massives surcapacités de production, l'envolée de l'endettement inquiète, les réformes structurelles censées rééquilibrer le modèle de croissance du pays marquent le pas.

Dans ce contexte, le commerce extérieur reste une bouée de sauvetage pour la deuxième économie mondiale. En avril l'excédent commercial a atteint 45,5 milliards, contre 30 milliards en mars, grâce à une nouvelle chute des importations (-10,9%). Il s'agit du 18e mois consécutif de baisse des importations, conséquence du repli des cours du pétrole mais aussi d'une demande intérieure déprimée.

La bourse de Shanghai a terminé en baisse de 2,7% lundi tandis que la bourse de Shenzen a lâché 3,6%.