Qui seront les gagnants et perdants de l'élection présidentielle américaine en bourse ? En cas de victoire -surprise – de Donald Trump, la réaction immédiate pourrait être une baisse généralisée des actions. Les analystes tablent sur un repli de 5 à 10% du S&P500 et sur une dépréciation du dollar. Toutefois le choc initial pourrait être rapidement surmonté. "Nous pensons que le niveau déjà élevé de la prime de risque embarquée dans les actions couplé à l'amélioration de la toile de fond économique globale devraient permettre de limiter la baisse si Trump était amené à l'emporter", indiquent les analystes de Barclays dans une note diffusée ce matin.

Certains secteurs pourraient même profiter de l'arrivée au pouvoir du milliardaire new-yorkais. "En cas de victoire de Donald Trump, les entreprises plus particulièrement exposées au marché domestique, les secteurs de la défense et des infrastructures seront incontestablement favorisés. Son élection pourrait également soutenir les valeurs de l’énergie, au regard de sa volonté d’assouplir la réglementation liée au changement climatique", pronostique Edmond de Rothschild AM.

Barclays de son côté dresse une liste de 10 valeurs européennes qui pourraient bénéficier de la hausse programmée des dépenses de défense, d'infrastructures et dans une moindre mesure de santé (dépenses privées) si le candidat républicain l'emportait. Y figurent le suisse Actelion, le belge UCB, le danois Lundbeck, l'irlandais CRH, les britanniques Hikma, Cobham, BAE Systems, Ashtead et Fresnillo et le français Rexel. Cependant les entreprises françaises auraient plus à perdre qu'à gagner d'une présidence Trump car elle risque de se traduire par une baisse du dollar et par un protectionnisme renforcé. Les plus exposées à un ralentissement de l'économie américaine sont Dassault Systèmes, Sodexo et Publicis, ajoute Barclays.

Banques et pharma sous pression

Qu'en est-il d'une victoire d'Hillary Clinton ? La candidate démocrate apparaît, un peu par défaut, comme la favorite des marchés financiers. Mais son élection pourrait remettre sous pression le secteur pharma et biotech, avec lequel elle a engagé un bras de fer autour du prix des médicaments. Par ailleurs ses propositions d'augmenter les impôts des Américains les plus riches et de taxer le trading à haute fréquence suscitent quelques inquiétudes à Wall Street. Néanmoins ces propositions de lois pourraient être entravées par le Congrès où une victoire démocrate paraît beaucoup plus incertaine.

"Un 'Democratic sweep', autrement dit une vague démocrate qui déferlerait sur les Etats-Unis, surprendrait et incommoderait très certainement les investisseurs", estime Edmond de Rothschild AM. En revanche, une victoire d’Hillary Clintonaccompagnée d’un Congrès divisé serait certainement l'option la plus favorable pour les marchés. "Ainsi le secteur financier pourrait échapper à une pression accrue en matière de régulation, tout comme les acteurs de la santé qui tireraient alors leur épingle du jeu, au vu des perspectives de croissance bénéficiaire", ajoute le gestionnaire de fonds.