Un certain nombre de membres de la Banque centrale américaine n’ont pas manqué de faire état de leur volonté de ne pas attendre trop longtemps pour remonter les taux d’intérêt dans un contexte de plus grand stimulus économique à venir de la part du politique.

Pour le gouverneur de la Fed de New York, William Dudley, l’option d’un resserrement de la politique monétaire s’impose bien plus fortement alors que le gouverneur de la Fed de San Francisco John Williams a indiqué qu’une hausse des taux n’avait pas besoin d’être reportée.

Alors que la probabilité d’observer un relèvement des taux de la Fed ce mois-ci était estimée à 30% avant ces commentaires, elle est à présent de 70%.

Ainsi les taux à deux ans américains se sont rehaussés à 1,308%, un pic depuis août 2009. Le gap avec les taux à deux allemands s’est élargi à son plus haut niveau depuis 2000.

L’indice dollar, qui mesure la valeur du billet vert contre un panier de grandes devises, est remonté de 0,7% pour toucher un sommet sur un historique de sept semaines.