Un déficit commercial en Chine, c'est assez rare pour être souligné. Le dernier remonte à 3 ans. Les chiffres publiés mercredi par les Douanes indiquent que cette situation exceptionnelle s'est reproduite en février, avec un déficit de 9,15 milliards de dollars contre un excédent de 51,3 milliards en janvier.

Dans le détail, les exportations ont reculé de 1,3% à 120,1 milliards tandis que les importations ont bondi de 38,1% à 129,2 milliards de dollars. "Il faut prendre ces chiffres avec des pincettes, étant donné le décalage du nouvel an lunaire, lequel perturbe considérablement l'activité des ports et des usines", a commenté Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics. Les congés du nouvel an chinois --à l'occasion desquels usines et commerces cessent leur activité, parfois un mois durant-- ont débuté dès fin janvier, au lieu de février l'année dernière, ce qui complique les comparaisons. Les entreprises tendent à réduire leurs achats et à intensifier les exportations avant le nouvel an, pour honorer leurs commandes et limiter leurs stocks, ajoute Yang Zhao chez Nomura.

Fuites de capitaux

De l'avis général, ce déficit purement saisonnier ne devrait donc pas durer. Pour autant, l'envolée des importations traduit aussi "la bonne santé de la demande intérieure, aidée par l'essor des investissements", ainsi que "le renchérissement des matières premières", estime M. Zhao.
Plus circonspect, Li Daokui, professeur de l'université Tsinghua à Pékin, s'alarme cependant des "fausses importations": des opérations commerciales n'existant que sur le papier, élaborées pour camoufler des fuites de capitaux à l'étranger, expliquait-il récemment à Bloomberg.

Les fuites de capitaux se sont accélérées depuis l'élection de Donald Trump qui a entraîné une baisse de la devise chinoise face au dollar. Le nouvel occupant de la Maison Blanche a par ailleurs menacé d'imposer des droits de douanes prohibitifs sur les produits chinois, ce qui pourraient déclencher une guerre commerciale entre Washington et Pékin selon les analystes.
Les bourses continentales chinoises ont terminé quasiment stables mercredi tandis que celle de Hong Kong a gagné 0,4%.