Les indices européens et américains évoluent dans le rouge mercredi après-midi suite à l'escalade verbale entre Pyongyang et Washington, les investisseurs privilégiant les valeurs refuge telles que l'or et le franc suisse. Donald Trump a promis le "feu" et la "colère" des Etats-Unis en cas de nouvelles menaces de la part du régime nord-coréen, qui en retour a indiqué qu'il pourrait frapper la base américaine de Guam, dans le Pacifique.

Vers 15h45, le CAC 40 cède 1,57%, l'une des plus fortes baisses parmi les marchés européens, alors qu'à Wall Street le Dow Jones résiste dans les premiers échanges (-0,3%). "Tout le monde sait qu'un conflit entre les deux pays serait désastreux, mais franchement, si le marché s'attendait à ce qu'un véritable conflit ait lieu, (les indices) baisseraient plus", a relativisé Patrick O'Hare de Briefing dans une note. "La situation nord-coréenne est une excuse pour un repli qui était en gestation", a-t-il estimé.

Les plus forts reculs sont pour le secteur bancaire, pénalisé par le regain d'aversion au risque et par des prises de bénéfices. A Paris, Société Générale lâche 3%, BNP Paribas 2,6%, Crédit Agricole 2,5%.

Sur le marché des changes, le dollar s'apprécie face à l'euro, jouant lui aussi son rôle de valeur refuge. 'Compte tenu de l'absence de résultats et d'indicateurs économiques, l'aversion pour le risque devrait rester le thème dominant dans les 24 heures qui viennent', a prévenu indiqué un intervenant cité par Cercle Finance.