Les bénéfices des entreprises sont actuellement recalculés, mais les dernières estimations prévoient entre 150 et 155 dollars par indice de bénéfice en 2018 : soit une progression de 14 % à 18 % cette année.
Pour 2019, même si c’est encore un peu tôt, elles s’établissent à un peu plus de 172 dollars, soit une progression supplémentaire de l’ordre de 10 %.
Ceci donne finalement un PER de l’ordre de 17,0 pour 2018 et de 15,5 pour 2019. Ce n’est certes « pas donné » au regard des normes historiques et le marché est aussi cher en termes de prix/valeur d’actif. Mais nous ne sommes pas en situation de bulle évidente aux niveaux de taux actuels.

Du coté européen


En Europe, quelques petits réajustements sont observés à la baisse en raison de la force de l’euro depuis quelques mois, mais rien de particulièrement inquiétant au vu du momentum actuel de croissance. Une progression des bénéfices des entreprises autour de 10 % est attendue pour 2018 et 2019, ce qui donne des PER très raisonnables de respectivement 14 et 13, avec un rendement des dividendes de l’ensemble du marché qui reste élevé à plus de 3 %.
Les secteurs qui ont notre préférence surperforment et devraient continuer à le faire : les financières (les banques particulièrement), l’automobile et, dans l’ensemble, plutôt les cycliques.

 Jean-Marie Mercadal, Directeur général délégué en charge des gestions chez OFI Asset Management