Après les résultats décevants des élections italiennes le marché a réagi lundi comme attendu : les taux italiens se sont écartés de 4,1 points de bases des taux allemands et le MIB a sous-performé (¬0,42% contre +0,83% pour l’Euro Stoxx). Des réactions qui restent néanmoins très modestes.




Mais hier, machine arrière, l’Italie a surperformé ! L’écart de taux à 10 ans avec l’Allemagne s’est resserré de 3,8 points de bases, on est donc revenu au niveau d’avant les élections. Le MIB a gagné 1,75% mardi, soit une performance de 1,33% sur les deux jours qui ont suivi les élections, l’Euro Stoxx seulement 1,22%. De plus, le MIB a gagné 1,60% cette année, seul indice boursier Européen majeur dans le vert.
Bref, tutto va bene, à en croire les marchés. C’est étonnant.






Nous sommes beaucoup plus circonspects. D’une part l’instabilité politique italienne va certainement durer et le pire, un gouvernement des extrêmes avec 5 Etoiles et autres, n’est pas encore tout à fait écarté. Peut-être plus important, le vote eurosceptique des italiens risque de compliquer la tâche de ceux qui voulaient pousser pour plus d’intégration Européenne. Il nous semble donc que la réaction du marché est bien complaisante.

  Stéphane Déo, stratégiste au sein de La Banque Postale Asset Management.