Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Stéphane Furet : Gérant actions au sein de Dorval Finance

Stéphane Furet

Gérant actions au sein de Dorval Finance

Parmi nos principales convictions, BMW, Seb et De'Longhi

Publié le 17 Décembre 2010

Une de vos thématiques phares est l’enrichissement de la classe moyenne dans les pays émergents ?
Nous jouons plus particulièrement le renforcement du segment premium au niveau de la consommation. Ainsi la première ligne du fonds est BMW en Allemagne qui est un des seuls acteurs cotés dans le secteur de l’automobile complètement pur sur le segment haut de gamme. La société fait 10% de ses volumes, mais 20% de son CA et 30% de ses résultats en Chine.
Les véhicules de BMW sont vendus dans des conditions de prix quasiment deux fois supérieurs à ce qui pratiqué en Europe. Le groupe affiche sa volonté de se développer dans les autres grands marchés émergents, comme le Brésil ou l’Inde où BMW s’efforce de trouver de nouveaux partenariats de distribution localement.
Le cours a quasiment doublé depuis le début de l’année. Néanmoins on pense que le marché est trop prudent sur les perspectives de résultats 2011 et 2012. Nous devrions avoir une révision à la hausse des estimations de bénéfices. En outre, on pense qu’en raison de la forte visibilité sur la croissance, le statut boursier devrait continuer à s’améliorer alors que les grandes valeurs de luxe comme LVMH se paient 20 fois les bénéficies 2011. BMW se paie autour de 11 fois les prévisions de l’année prochaine.
Le potentiel de progression du titre est d’environ 30% sur 12 mois.

Deux autres valeurs qui s’inscrivent dans cette thématiques sont Seb et De Longuy ? 
L’entreprise Seb réalise 50% de son CA dans les pays émergents. Le prix moyen des produits vendus par la société se situe en dessous de 100 euros. Mais Seb se positionne, notamment en Chine sur des produits de plus en plus premium. A titre d’exemple, va être mis sur le marché un cuiseur à riz sur une plaque à induction, vrai saut technologique qui justifiera un prix six fois supérieur à celui du produit classique de la génération d’avant.
La croissance de l’activité se veut pérenne. Là aussi le cours à beaucoup monté, mais le marché reste prudent en termes de prévision des bénéfices. Les analystes attendent 5% de hausse des résultats pour 2011. Elle pourrait selon nous s’avérer deux à trois fois supérieurs.
Le potentiel de progression par rapport au cours actuel est d’environ 15%.

De'Longhi est une entreprise italienne spécialisée dans les machines à café haut de gamme où le prix moyen de vente est de 500 euros. De'Longhi est principalement présent dans les pays nouvelles frontières, autrement dit les marchés émergents en dehors des pays BRIC qui affichent un potentiel de croissance de leur PIB significatif, à l’instar du Mexique, de l’Afrique du Sud, de la Turquie. 30% du CA est fait sur ces marchés émergents. La société devrait également profiter de son positionnement en Allemagne.
La marge de progression à un an du cours de bourse de 25% à un an.

Comment envisagez-vous la concurrence des entreprises locales sur les marchés émergents ?
Tout l’intérêt de ces sociétés est justement qu’il n’y a pas ou peu de concurrence locale. Les chinois construisent des automobiles mais davantage en entrée de gamme. BMW bénéficie d’une image de marque qui a mis des années à être forgée.
Seb tire profit d’une marque qu’ils ont racheté qui est Supor, leader sur le marché domestique chinois. La société bénéficie désormais de l’innovation produit et de « l’effet gamme » de SEB par rapport à ses compétiteurs.
Quels sont les risques sous jacents à un investissement dans ces valeurs ?
Une forte restriction des politiques monétaires pour enrayer le risque de surchauffe qui entrainerait une plus faible consommation.
Un moindre dynamisme de l’économie américaine et européenne qui se répercuterait par ricochet sur les économies des pays émergents.
Il pourrait y avoir l’instauration de taxes importantes pour les importations de produits, comme c’est le cas en Chine.

Depuis quand détenez-vous ces valeurs ?
Depuis cet été. Nous avons eu tendance à augmenter progressivement notre exposition.


Ci-dessous l'interview de Philippe Dehennin, président, BMW Group France

 



Propos recueillis par Imen Hazgui

OK, tout accepter
Fermer